Accueil | Actualités | Médias | Avenir de la presse papier : les doutes de Juan Luis Cebrian
Pub­lié le 2 juillet 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Avenir de la presse papier : les doutes de Juan Luis Cebrian

Juan Luis Cebrian, le PDG du groupe Prisa, qui détient le journal espagnol El Pais, a évoqué dans un entretien aux Échos la situation de la presse papier.

« Je ne sais pas s'il y aura toujours des journaux papier, peut-être pas dans chaque ville et chaque jour - aux États-Unis, le papier a de plus en plus tendance à être réservé aux suppléments du week-end », a-t-il avancé avant de spéculer sur l’avenir : « Plutôt que des journaux papier, on aura demain des plates-formes d'information diffusant sur tout type de terminaux. Ce qui supposera pour les équipes une organisation totalement différente. Ce qui mettra aussi en concurrence tous les médias entre eux : le site Web d'une radio comme la BBC est en effet en compétition directe avec celui d'un journal comme le « Guardian », alors que ces deux médias, jusqu'alors, n'étaient pas rivaux. »

Du côté du Huffington Post espagnol, Juan Luis Cebrian confie qu’il a atteint la barre des « 2 et 3 millions de visiteurs uniques » par mois et qu’« il ne devrait pas perdre d'argent cette année ». Enfin, concernant sa participation au journal Le Monde, il s’en est dit « très satisfait » malgré la période difficile.

Voir aussi : Les jeunes et l'évidence du support papier

Crédit photo : capture d'écran vidéo tvbrazil via Youtube (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This