Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Les jeunes et l’évidence du support papier

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

13 mai 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les jeunes et l’évidence du support papier

Les jeunes et l’évidence du support papier

Temps de lecture : 2 minutes

Les jeunes lecteurs de Mon Quotidien (10–13 ans), édité par Play Bac et diffusé à 150 000 exemplaires 6 jours sur 7, restent attachés au support papier.

Mal­gré le lance­ment d’une ver­sion numérique sur Ipad et inter­net, « seule­ment 1 % de nos 150 000 abon­nés nous lisent sur nos appli­ca­tions numériques », con­state François Dufour au Monde, cofon­da­teur du jour­nal et rédac­teur en chef. « Mieux, les enfants, que nous inter­ro­geons régulière­ment, nous con­fir­ment leur attache­ment au papi­er. Cer­tains d’en­tre eux ne com­pren­nent même pas la ques­tion : pour eux, un jour­nal c’est for­cé­ment du papi­er… », ajoute ce dernier.

Ain­si les jeunes lecteurs restent-ils tou­jours attachés, pour le côté pra­tique surtout, au sup­port papi­er. Pour le sérieux aus­si : « ils font la dif­férence entre la lec­ture, sur papi­er, et les loisirs, sur Inter­net. Ils utilisent les écrans pour Face­book, les jeux et les vidéos », estime M. Dufour. Note intéres­sante : passés 13 ans, les lecteurs se dirig­eraient surtout vers la presse gra­tu­ite car « Mon Quo­ti­di­en est con­sid­éré par eux comme un sup­port gra­tu­it, puisqu’il est payé par les parents ».

Un con­stat qui donne des idées à François Dufour. « Les groupes de médias ne pensent plus qu’à Inter­net depuis dix ans. Si je devais lancer un jour­nal aujour­d’hui, je le ferais sur papi­er », con­clut-il. La voie de la rai­son est-elle emprun­tée par les enfants ?