Accueil | Actualités | Médias | Attentat de Charlie Hebdo : et Houellebecq là-dedans ?
Pub­lié le 8 janvier 2015 | Éti­quettes :

Attentat de Charlie Hebdo : et Houellebecq là-dedans ?

Sur les craintes soulevées par les séquelles de l'affaire Charlie Hebdo, la presse ne dit pas tout. Nous en avons à la fois un symptôme et un exemple.

Le symptôme, c'est l'incroyable hiatus entre le battage médiatique qui était en cours, avant l'attentat, à propos du livre de Michel Houellebecq, Soumission, paru le jour même de la fusillade (et une de Charlie), et le silence, spectaculaire, qui règne à son sujet au lendemain de l'événement. Non, il n'y a rien d'étonnant à ce que la promotion orchestrée d'un livre provocant s'arrête en de pareilles circonstances.

Rien de surprenant non plus à ce que les rendez-vous radio-télé soient annulés. Toutefois le rapport entre le contenu du livre (l'Islam conquérant qui parvient à se hisser au pouvoir en France) et la nature de l'événement obligeait à se poser des questions, publiquement, avec insistance. Or, au milieu de tous ces plateaux de spécialistes, de tous ces chercheurs, de tous ces sociologues, il ne se trouve donc aucun analyste pour mettre en rapport le livre de Houellebecq et la situation d'urgence que traverse la France.

On peut toujours prétendre que la chose est hors-sujet. On peut essayer de nous dire que le rapport est acrobatique. En vérité il est patent et immédiat. La preuve, un auteur publié chez Flammarion (l'éditeur de Michel Houellebecq) et proche de la rédaction de l'OJIM atteste que la maison a été fermée le jour de l'attentat, en un quart d'heure, sans même laisser aux employés le temps de remonter dans leur bureau pour fermer leur ordinateur. Le lendemain la plupart des rendez-vous internes ont été annulés et les entrées sont filtrées.

À part cela, le livre de Michel Houellebecq n'a aucun rapport avec ce qui agite le pays, c'est ce qu'on nous invite à croire, en affectant de n'avoir jamais éprouvé le moindre intérêt pour cette publication, alors que tout le monde en parlait la veille avec gourmandise.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux