Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Atteintes à la liberté d’expression : le palmarès 2019 du Point

3 janvier 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Atteintes à la liberté d’expression : le palmarès 2019 du Point

Atteintes à la liberté d’expression : le palmarès 2019 du Point

Le Point proposait, dans son numéro du 19 au 26 décembre 2019, un intéressant ensemble intitulé : « Ils ont abîmé la liberté d’expression en 2019 ». Soucieux de la défense de cette dernière, l’OJIM est allé y voir de plus près.

Notons que Le Point n’est pas le seul à s’intéresser aux âner­ies qui se racon­tent dans les médias et aux cen­sures. Pour les médias, il y a par exem­ple Les Bobards d’or, un moment de haute volée. Pour leurs dix ans, ces bobards ont même été rassem­blés dans un livre à la drô­lerie iné­galée, mal­heureuse­ment est t’on ten­té de dire.

Pour Le Point, ce sont des « bâil­lons d’or » décernés à « ceux qui ont cen­suré des con­férences, des pièces, des dis­cours, des films ou des arti­cles ».

Festival de Cannes et autres

« En 2019, une péti­tion a exigé l’annulation de l’hommage du Fes­ti­val de Cannes à Alain Delon, un « acteur raciste, homo­phobe et misog­y­ne ». Un film sur l’affaire Drey­fus a été dépro­gram­mé dans plusieurs salles du fait d’accusations de viol, remon­tant aux années 70, con­tre son réal­isa­teur. Mais c’est dans les uni­ver­sités, lieux par excel­lence de la con­fronta­tion des idées et de la lib­erté académique, que les atteintes à la lib­erté d’expression ont été les plus choquantes. En févri­er, des nation­al­istes polon­ais ont per­tur­bé un col­loque organ­isé à l’Ecole des hautes études en sci­ences sociales sur « la nou­velle école polon­aise d’histoire de la Shoah », au cours duquel ils ont tenu des pro­pos anti­sémites. En mars, des asso­ci­a­tions antiracistes — la Ligue de défense noire africaine, la Brigade anti-négro­pho­bie et le Con­seil représen­tatif des asso­ci­a­tions noires — ont empêché la représen­ta­tion de la pièce d’Eschyle Les Sup­pli­antes pour cause de « black face »….

Le Point essaie donc de garder de la mesure : un méchant dans chaque camp. Un nation­al­iste et un antiraciste. L’idée est séduisante. Sauf que les pré­ten­dues asso­ci­a­tions noires antiracistes n’ont d’antiracistes que le nom : elles sont surtout activistes, racial­istes pro-noires et pra­tiquent sou­vent une forme de racisme (non recon­nu légale­ment, ce qui est étrange, et anti blanc). Le mag­a­zine note cepen­dant que dans la majeure par­tie des cas les con­férences ou réu­nions annulées le sont car elles sont sup­posées être des atteintes aux droits LGBT ou des minorités dites post-colo­niales. C’est donc bien le « mâle blanc, hétéro et européen » qui est visé. La présen­ta­tion insiste sur le fait que la pra­tique vient des États-Unis, avant de don­ner ses résul­tats.

Les lauréats

  • La CGT et surtout Lau­rent Brun, secré­taire général de la sec­tion cheminot, dont « la mous­tache a fré­mi de plaisir quand il a men­acé d’empêcher les Français de pren­dre le train à Noël ».
  • Sol­idaires étudiant.e.s, les anti­dé­bat : le syn­di­cat qui empêche les per­son­nal­ités ne lui con­venant pas de s’exprimer lors d’une con­férence uni­ver­si­taire prévue, con­traig­nant les direc­tions des uni­ver­sités à annuler (par lâcheté et absence de sou­tien de l’Etat).
  • Le CSA, min­istère du Bien : « clowner­ie », écrit Le Point, qui sub­stitue « l’argument d’autorité à l’argument tout court ». Le CSA fait même le con­traire de la lib­erté d’expression, util­isant le mot « censeurs ».
  • Gérard Cosme, accusa­teur en chef : Après un con­seil munic­i­pal houleux, ayant vu des fémin­istes agiter leurs sou­tiens-gorges, le prési­dent PS de l’établissement pub­lic ter­ri­to­r­i­al Est Ensem­ble, qui regroupe neuf com­munes du 93, dépro­gramme le J’accuse de Polan­s­ki. Cela con­cerne six ciné­mas mais… leurs directeurs refusent la cen­sure. Du coup, marche arrière ! Notons que dans la plu­part des cas, les dépro­gram­ma­tions de ce film sont le fait de com­munes PS ou PCF, ce qui est dom­mage vu que le film racon­te l’affaire Drey­fus.
  • Loi Avia, pri­vati­sa­tion de la cen­sure : un seul inter­naute sig­nalant un con­tenu suf­fi­ra pour que les opéra­teurs de plate­formes en ligne soient exhortées à retir­er un con­tenu… Et ce sans inter­ven­tion préal­able d’un juge, autrement dit en dehors des habi­tudes d’un Etat de droit. C’est une loi en passe d’être exam­inée par le Sénat. En France. La lib­erté d’expression à donc du mouron à se faire, encore plus main­tenant que l’on con­naît la com­po­si­tion du comité qui va con­seiller le CSA en la matière, autrement dit indi­quer ce qui est licite ou pas (cet arti­cle, par exem­ple). Dif­fi­cile de croire en l’impartialité de ce comité.
  • Le bâil­lon d’or étranger est décerné à Erdo­gan pour sa plainte déposé con­tre Le Point en octo­bre 2019.

Suit un intéres­sant entre­tien avec l’avocat de Roman Polan­s­ki qui déclare que « s’il vivait aujourd’hui, Coluche serait en prison », une phrase choc. Voilà un dossier qui a du car­ac­tère, comme on le dit d’un excel­lent fro­mage, et une fois n’est pas cou­tume l’on ne peut que con­seiller la lec­ture de ce numéro du Point.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.