Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Arte : La « neutralité bienveillante » d’Elisabeth Quin
Arte : La « neutralité bienveillante » d’Elisabeth Quin

23 avril 2013

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Arte : La « neutralité bienveillante » d’Elisabeth Quin

Arte : La « neutralité bienveillante » d’Elisabeth Quin

Arte : La « neutralité bienveillante » d’Elisabeth Quin

Mardi 16 avril dernier, Élisabeth Quin avait invité le député Hervé Mariton, orateur du groupe UMP sur le Projet de Loi Taubira, dans son émission « 28 Minutes » (Arte), qui était consacrée au mariage homosexuel.

Le député de la Drôme, fer­vent opposant au Pro­jet de Loi sur l’ouverture du mariage, était cen­sé débat­tre du sujet avec Nico­las Gougain (porte-parole de l’association Inter LGBT) – c’est d’ailleurs ce qui est annon­cé sur le site de l’émission. Arrivé sur place, Hervé Mari­ton s’est finale­ment trou­vé face à qua­tre con­tra­dicteurs, seul con­tre tous à défendre ses positions.

Out­re Nico­las Gougain, il a trou­vé sur le plateau — ô sur­prise ! — la jour­nal­iste et mil­i­tante bien con­nue de la cause homo­sex­uelle, Car­o­line Fourest, mais aus­si Renaud Dély et Nadia Dam. Ces deux derniers, chroniqueurs de l’émission d’Élis­a­beth Quin, sont deux anciens jour­nal­istes de Libéra­tion, aujourd’hui respec­tive­ment au Nou­v­el Obs et sur Arte. Ils n’ont, sans sur­prise, fait preuve d’aucune neu­tral­ité jour­nal­is­tique sur le sujet, loin de là. Même chose pour la présen­ta­trice Élis­a­beth Quin — dont les engage­ments pro LGBT sont con­nus qui s’est pour­tant offusquée de la remar­que du député Mari­ton sur le déséquili­bre du plateau, en se tar­guant d’une « neu­tral­ité bien­veil­lante ». Le CSA (Con­seil Supérieur de l’Audiovisuel) en jugera, puisque le député Mari­ton a décidé de le saisir sur ce cas fla­grant d’isolement médiatique.

Si la vidéo n’est mal­heureuse­ment plus disponible sur le site de l’émission, on en trou­ve un extrait ici.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo INA Diver­tisse­ment via Youtube (DR)

Voir aussi  La grande presse française face à la victoire du PiS en Pologne : le temps de la normalisation

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.