Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Ardoise de 400 000 euros pour France 2 après l’annulation de DPDA

28 octobre 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Ardoise de 400 000 euros pour France 2 après l’annulation de DPDA

Ardoise de 400 000 euros pour France 2 après l’annulation de DPDA

Selon Le Figaro, l’annulation de l’émission « Des paroles et des actes » la semaine dernière aura coûté à France 2 la somme de 400 000 euros.

Après que David Pujadas ait, sous la pres­sion de cer­tains poli­tiques, changé les règles du débat à la dernière minute, Marine Le Pen avait en effet annulé sa par­tic­i­pa­tion au pro­gramme, ce qui avait con­traint la chaîne à l’an­nuler pure­ment et simplement.

Ain­si, bien que les recettes pub­lic­i­taires n’aient pas été impactées (la pub après 20 heures est inter­dite sur le ser­vice pub­lic), la défec­tion de la prési­dente du Front Nation­al va coûter 400 000 euros au ser­vice public.

La rai­son est sim­ple : si l’émis­sion est pro­duite en interne, le tour­nage s’ef­fectue dans un stu­dio privé de la Plaine Saint-Denis, et une par­tie du matériel doit être louée. Ajoutez à cela la somme déboursée pour dif­fuser, en lieu et place de l’émis­sion, un pro­gramme de sub­sti­tu­tion, et la fac­ture s’avère assez salée.

« En tant qu’élue, Marine Le Pen porte une respon­s­abil­ité. Le groupe audio­vi­suel étant financé majori­taire­ment par le pro­duit de la rede­vance, sa défec­tion revient à jeter les deniers publics par la fenêtre », note Le Figaro, reje­tant ain­si la faute sur la prési­dente fron­tiste, accusée d’avoir fait un « faux pas », alors que la respon­s­abil­ité de David Pujadas et de France Télévi­sions est tout aus­si marquée…

Crédit pho­to : Mar­i­an Weyo / Shutterstock.com

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.