Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
DPDA : Marine Le Pen dénonce la « servilité » et l’« amateurisme » de Pujadas

23 octobre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | DPDA : Marine Le Pen dénonce la « servilité » et l’« amateurisme » de Pujadas

DPDA : Marine Le Pen dénonce la « servilité » et l’« amateurisme » de Pujadas

L’émission n’aura donc pas eu lieu. Jeudi, Marine Le Pen a annulé sa participation à « Des paroles et des actes » sur France 2, refusant de se rendre à ce qu’elle a qualifié de « mascarade ».

À l’o­rig­ine, la prési­dente du Front Nation­al était l’in­vitée prin­ci­pale du ren­dez-vous très regardé de France 2. Mais face à la polémique déclenchée par les autres can­di­dats aux régionales pour la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, les con­di­tions du débat ont changé à la dernière minute.

Esti­mant qu’on déroulait un tapis rouge à Marine Le Pen, ces derniers ont exigé d’être égale­ment invités sur le ser­vice pub­lic ce soir-là. De son côté, le secré­taire nation­al du Par­ti Social­iste, Jean-Christophe Cam­badélis, a envoyé une let­tre au prési­dent des Répub­li­cains, Nico­las Sarkozy, pour lui pro­pos­er de saisir con­join­te­ment le CSA à ce pro­pos.

Peu après cette récla­ma­tion, le Con­seil a annon­cé que, « dès à présent, avant même l’entrée en vigueur de sa recom­man­da­tion [liée à la péri­ode de cam­pagne offi­cielle], quand des per­son­nal­ités forte­ment impliquées dans la com­péti­tion élec­torale sont invitées à pren­dre la parole sur les antennes, faisant val­oir directe­ment ou indi­recte­ment une can­di­da­ture, la pos­si­bil­ité d’une expres­sion con­tra­dic­toire devrait être rapi­de­ment offerte aux con­cur­rents ».

Ain­si, France 2 a décidé, au milieu de la nuit de mer­cre­di à jeu­di, de chang­er les règles du jeu. « Un mail adressé à mon attaché de presse à 23h40 cette nuit nous appre­nait que, se soumet­tant aux exi­gences posées hier par MM. Cam­badélis et Sarkozy, M. Pujadas ral­longeait l’émission (déjà très longue) d’un débat sur les régionales de 45 min­utes avec MM. Bertrand et de Saintignon, exclu­ant d’ailleurs sans rai­son les autres can­di­dats à cette élec­tion », a com­men­té Marine Le Pen dans un com­mu­niqué.

Mal­gré cette « méth­ode cav­al­ière et méprisante », la prési­dente du Front Nation­al avait tout de même accep­té de se ren­dre à l’émis­sion, mais à la con­di­tion que « ce débat région­al se sub­stitue au débat poli­tique déjà prévu avec les représen­tants de l’UDI et du PS ». Une propo­si­tion rejetée par David Pujadas. « La propo­si­tion est sur la table, il n’y en aura pas d’autre », a‑t-il fait savoir, entraî­nant aus­sitôt la déci­sion de Marine Le Pen de ne plus par­ticiper à cette émis­sion.

« Avec une arro­gance inouïe, M. Pujadas a cru pou­voir, pour la deux­ième fois, me met­tre devant le fait accom­pli, ce qu’il a admis lui-même ne jamais faire pour les autres respon­s­ables poli­tiques », a‑t-elle com­men­té. « Parce que je représente des mil­lions d’électeurs français qui ont droit à la con­sid­éra­tion et au respect du ser­vice pub­lic, à moi, M. Pujadas, on n’impose rien. Surtout quand ces change­ments de dernière minute visent à obéir aux caprices du sys­tème UMPS, sys­tème qui n’a pour­tant pas à se plain­dre, trustant déjà près de 95% du temps d’antenne poli­tique dans le pays », a ajouté la prési­dente fron­tiste, don­née en tête dans la région Nord-Pas de Calais-Picardie.

Finale­ment, l’émis­sion n’au­ra donc pas eu lieu du tout, dépro­gram­mée par le directeur de l’in­for­ma­tion de France Télévi­sions, Pas­cal Golom­er. « Nous sommes oblig­és d’annuler faute de com­bat­tant, ou plutôt faute de com­bat­tante », a pour sa part jus­ti­fié David Pujadas sur Europe 1. Mais pour Marine Le Pen, le présen­ta­teur s’est tout sim­ple­ment « soumis aux exi­gences posées par MM. Cam­badélis et Sarkozy » et a bril­lé par son « ama­teurisme et (sa) ser­vil­ité ».

Voir notre portrait de David Pujadas

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.