Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Aime (et fais ce que tu veux) en voie de disparition

25 avril 2018

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | not_global | Aime (et fais ce que tu veux) en voie de disparition

Aime (et fais ce que tu veux) en voie de disparition

L’époque n’est pas favorable aux hebdomadaires lancés sans un groupe financier derrière eux. Après le naufrage de l’Ebdo, le difficile lancement de Vraiment, le magazine chrétien Aime est en très grandes difficultés.

Des fonds insuffisants au départ

Comme nous le sig­nalions dans un arti­cle du 8 décem­bre 2017, l’ambition était sym­pa­thique. Rompre avec le con­sumérisme des mag­a­zines sur papi­er glacé style Elle, reven­du entre temps à un oli­gar­que tchèque, qui ne sont que des jaque­ttes pub­lic­i­taires. Intro­duire de la pro­fondeur. Ryth­mer la semaine avec des rubriques par jour et non par thèmes.

L’opération de finance­ment par­tic­i­patif via Cre­do Fund­ing aurait per­mis de rassem­bler 300K€, une somme bien insuff­isante pour lancer un heb­do­madaire même avec du bénévolat.

Appel aux bonnes volontés

Sur leur site les fon­da­teurs appel­lent déjà, deux mois après le lance­ment, au sou­tien des (rares) lecteurs. Un appel lancé sur Face­book fait état de 20 000 euros récoltés, une somme non nég­lige­able mais non sig­ni­fica­tive par rap­port aux besoins d’un heb­do­madaire.

De l’autre côté, poli­tique et socié­tal, ça ne va pas mieux. Les soucis de l’hebdomadaire fémin­iste Causette s’accumulent de plan de redresse­ment en plan de licen­ciement et en con­flits soci­aux. Aime avait été mis en place le 8 décem­bre 2017 à 40 000 exem­plaires. Comme le souligne le fon­da­teur, le jour de l’Immaculée Con­cep­tion était de bon augure. Sans un groupe financier, indus­triel ou ban­caire assur­ant vos arrières, les prières ne suff­isent pas tou­jours.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.