Accueil | Actualités | Médias | Aime (et fais ce que tu veux) en voie de disparition
Pub­lié le 25 avril 2018 | Éti­quettes : ,

Aime (et fais ce que tu veux) en voie de disparition

L’époque n’est pas favorable aux hebdomadaires lancés sans un groupe financier derrière eux. Après le naufrage de l’Ebdo, le difficile lancement de Vraiment, le magazine chrétien Aime est en très grandes difficultés.

Des fonds insuffisants au départ

Comme nous le signalions dans un article du 8 décembre 2017, l’ambition était sympathique. Rompre avec le consumérisme des magazines sur papier glacé style Elle, revendu entre temps à un oligarque tchèque, qui ne sont que des jaquettes publicitaires. Introduire de la profondeur. Rythmer la semaine avec des rubriques par jour et non par thèmes.

L’opération de financement participatif via Credo Funding aurait permis de rassembler 300K€, une somme bien insuffisante pour lancer un hebdomadaire même avec du bénévolat.

Appel aux bonnes volontés

Sur leur site les fondateurs appellent déjà, deux mois après le lancement, au soutien des (rares) lecteurs. Un appel lancé sur Facebook fait état de 20 000 euros récoltés, une somme non négligeable mais non significative par rapport aux besoins d’un hebdomadaire.

De l’autre côté, politique et sociétal, ça ne va pas mieux. Les soucis de l’hebdomadaire féministe Causette s’accumulent de plan de redressement en plan de licenciement et en conflits sociaux. Aime avait été mis en place le 8 décembre 2017 à 40 000 exemplaires. Comme le souligne le fondateur, le jour de l’Immaculée Conception était de bon augure. Sans un groupe financier, industriel ou bancaire assurant vos arrières, les prières ne suffisent pas toujours.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux