Accueil | Actualités | Médias | Affaire Hollande/Gayet : la presse britannique moque la presse française
Pub­lié le 16 janvier 2014 | Éti­quettes :

Affaire Hollande/Gayet : la presse britannique moque la presse française

Dans un des principaux quotidiens britanniques The Guardian (édition en ligne du 14 janvier), John Henley persifle : « on fait les choses différemment en France, en particulier dans les conférences de presse où le Président consacre trois minutes aux questions que se pose la plupart des gens : où en est le statut de Valérie Trierweiler après son aventure présumée avec l’actrice Julie Gayet, et comment entend il régler une vie privée agitée ? ».

Henley rappelle qu’après le suicide en 2003 de David Kelly, un expert britannique des armes de destruction massive (opposé aux thèses du gouvernement britannique sur l’existence de ces armes en Irak), un journaliste anglais avait demandé à Tony Blair « Avez-vous du sang sur les mains Monsieur le Premier Ministre ? ».

The Guardian ajoute qu’il y a d’« excellents journalistes politiques en France », mais que l’affaire DSK est venue souligner les fragiles limites entre vie privée et vie publique. Le Président français « est la représentation vivante de la République » et on n’est pas grossier avec le Président en France ni avec la Reine en Grande-Bretagne.

Dans le même numéro, Simon Jenkins ironise : « un président n’est pas qu’une figure professionnelle. Si la Reine faisait une fugue en scooter chaque nuit pour rejoindre un petit ami les britanniques pourraient considérer cela comme une "affaire purement privée". Mais ils seraient atterrés et en émoi (aghast and agog) ». Comme quoi les Français deviendraient plus flegmatiques que les Anglais…

Crédit photo : Mireille Ampilhac via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux