Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
À quoi servent les médias, un point de vue suisse
Publié le 

31 mai 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | À quoi servent les médias, un point de vue suisse

À quoi servent les médias, un point de vue suisse

À quoi servent les médias ? À la suite de notre article relatant une émission de la Radio Télévision Suisse (RTS) la semaine dernière, nous reprenons un papier de l’Antipresse de Slobodan Despot sur le sujet.

À quoi les médias servent-ils, au fond ?

« Les médias ont-ils tout faux ? » s’est demandé la RTS cette semaine, sur le plateau d’Infrarouge. La ques­tion à pre­mière vue sem­ble futile. Vu de la rue, oui, les médias ont «tout faux». Mais si l’on varie le point de vue, la réponse paraît moins évi­dente.

Par­mi les métiers d’aujourd’hui, celui de jour­nal­iste souf­fre vraisem­blable­ment de la cote de con­fi­ance la plus basse. Économique­ment, sa survie même sem­ble men­acée. En Suisse, les jour­naux fer­ment les uns après les autres. En France, les titres «de référence» ne sur­vivent que grâce à un sub­ven­tion­nement mas­sif par l’État.

Or, lorsqu’un pou­voir, en péri­ode de crise, injecte des cen­taines de mil­lions dans une insti­tu­tion (d’ailleurs privée), alors même que son con­tribuable descend dans la rue à force de ne plus pou­voir nouer les deux bouts, c’est qu’il trou­ve dans cette insti­tu­tion une util­ité con­crète, non seule­ment une cause cul­turelle à défendre. La sat­is­fac­tion du client, sa fidél­ité ou son nom­bre ne jouent en l’occurrence, aucun rôle. Le poids d’un organe offi­ciel n’est pas défi­ni par la portée de sa voix, mais par l’accréditation, générale­ment tacite, dont il jouit. Libé ou Le Temps sont à la fois des titres jour­nal­is­tique­ment foutraques et économique­ment mar­gin­aux, ils n’en don­nent pas moins le ton. La voix du polit­buro peut n’être qu’un mur­mure (et elle est générale­ment dédaigneuse et lasse), elle ne vous flanque pas moins la chair de poule.

Les directeurs des jour­naux con­cernés s’offusqueront bien enten­du de ce rap­proche­ment his­torique com­pro­met­tant. Ils sont indépen­dants, ils ne ren­dent de comptes à per­son­ne, ils pub­lient des enquêtes intrépi­des, d’ailleurs le prési­dent ou tel min­istre les a en grippe… etc. Il suf­fit toute­fois d’établir l’organigramme socio-économique de leur patronat-action­nar­i­at pour com­pren­dre qu’il existe au-dessus des besogneux une con­nivence de caste à une hau­teur stratosphérique que les tur­bu­lences du relief ter­restre n’affectent pas1.

A de telles alti­tudes, la dis­tinc­tion privé-pub­lic devient inopérante. Du reste, le com­porte­ment de caste des jour­nal­istes est sem­blable, qu’ils tra­vail­lent dans le ser­vice pub­lic ou dans le privé. Mais ce n’est pas dans les hau­teurs béantes que l’on doit situer le débat sur la débâ­cle des médias. A la rigueur même, elles ne nous con­cer­nent pas. Ce qui nous con­cerne, en tant que citoyens, c’est leur con­tri­bu­tion (ou leur obstruc­tion) au bon fonc­tion­nement de la société cen­sé­ment démoc­ra­tique où nous vivons.

Un peuple qui ne croit plus en rien… n’est plus un peuple

Cette con­tri­bu­tion, nul n’était mieux à même de la définir que Han­nah Arendt, grande ana­lyste et grand témoin de l’ère total­i­taire (voir à ce sujet la remar­quable série qui lui est con­sacrée par le Can­ni­bale lecteur dans nos trois derniers Antipresse, 180181182). Elle le dit de manière sim­ple et car­rée dans cet entre­tien accordé à la New York Review of Books vers la fin de sa vie :

«Dès le moment où nous n’avons plus une presse libre, tout peut arriv­er. Ce qui per­met l’avènement du total­i­tarisme ou de n’importe quelle autre dic­tature, c’est le fait que les gens ne sont pas infor­més; com­ment vous faire une opin­ion si vous n’êtes pas infor­mé? Quand tout le monde vous ment en per­ma­nence, le résul­tat n’est pas que vous croyez ces men­songes mais que plus per­son­ne ne croit plus rien. Un peu­ple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opin­ion. Il est privé non seule­ment de sa capac­ité d’agir mais aus­si de sa capac­ité de penser et de juger. Et avec un tel peu­ple, vous pou­vez faire ce que vous voulez.»

Or pour que les gens soient infor­més, il faut que deux con­di­tions au moins soient réu­nies: a) que l’information soit de qual­ité; b) que ses des­ti­nataires aient envie et/ou la pos­si­bil­ité de la recevoir. On peut dis­cuter à l’infini de la ques­tion de savoir si la qual­ité de l’information se perd, mais il suf­fit — soyons francs — d’ouvrir un quel­conque jour­nal d’il y a un demi-siè­cle pour tranch­er assez rapi­de­ment ce dilemme, ne serait-ce qu’en ter­mes de quan­tité de don­nées pro­posées, de tenue de la langue et d’articulation des argu­ments. Quoi qu’il en soit, il est indis­cutable que l’envie d’information provenant des canaux tra­di­tion­nels, au sein du pub­lic, s’est con­sid­érable­ment atténuée.

Au-delà même de ces critères évi­dents de fail­lite, on peut aus­si lire le syl­lo­gisme de Han­nah Arendt dans un autre sens.

À l’envers, l’impératif moral devient sim­ple con­stat: puisqu’il n’y a pas de presse libre et que les gens ne sont pas bien infor­més, cela veut dire que nous ne sommes pas en démoc­ra­tie.

Si le sys­tème où nous vivons n’est pas, ou n’est plus, démoc­ra­tique, s’il n’a pas besoin de citoyens infor­més mais d’une masse ignare, il se pour­rait que les médias de grand chemin n’aient pas «tout faux» mais qu’au con­traire ils soient con­formes au mou­ve­ment de fond de ce temps. Désori­en­ter le pub­lic — pour qu’il ne «croie en rien» —, et le diver­tir dans les deux sens du mot: l’occuper et le détourn­er de l’essentiel. Du gou­verne­ment de sa pro­pre vie. Cap­i­tal­isme du désas­tre, encore ! Mer­ci à Nao­mi Klein de nous l’avoir illus­tré.

Com­pren­dre la fonc­tion objec­tive des médias au sein de cette société com­plexe n’est pas l’affaire d’un bil­let d’humeur. J’y reviendrai la semaine prochaine en ten­tant de détailler un peu le tableau de causal­ités sys­témiques reliant les divers aspects de ce qui nous paraît définir leur déclin:

  • Con­san­guinité intel­lectuelle
  • Cer­cle vicieux de la dépen­dance pub­lic­i­taire.
  • Com­péti­tion dégradante avec l’information «instan­ta­née» des réseaux soci­aux.
  • Effets sui­cidaires de la gra­tu­ité.
  • Con­cen­tra­tion aux mains de groupes financiers ou indus­triels.
  • Com­plai­sance vis-à-vis des pou­voirs.
  • Lavage de cerveaux «poli­tique­ment cor­rect».
  • Mépris du lecteur/client.

Ce paysage après la bataille deman­derait évidem­ment d’amples développe­ments. Pour le moment, médi­tons un peu sur cette intri­ca­tion de caus­es et d’effets se ren­forçant mutuelle­ment depuis, env­i­ron, la fin des années soix­ante.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision