Accueil | Actualités | Médias | 5 mois de prison pour avoir menacé un libraire
Pub­lié le 1 octobre 2013 | Éti­quettes :

5 mois de prison pour avoir menacé un libraire

Pour avoir menacé de mort un libraire d’Argenteuil ayant exposé Charlie Hebdo, un homme de 24 ans a été condamné à cinq mois de prison ferme.

La librairie du Val d’Argent, à Argenteuil dans le Val-d’Oise, avait en effet été, en juillet dernier, menacée par des individus se réclamant de l’islam alors qu’elle exposait deux numéros de Charlie Hebdo dont la une provocante traitait de la religion musulmane.

Le premier numéro était un hors-série parodique intitulé « La vie de Mahomet ». Le second faisait référence à la répression des manifestations pro-Morsi en Égypte. Il titrait « Le Coran c’est de la merde », suivi de « ça n’arrête pas les balles ».

Le libraire avait alors déclaré : « Je ne cherche à offenser personne, je me suis retrouvé confronté à l'obscurantisme et à la voyoucratie. » Le parquet avait requis mardi 24 septembre 6 à 8 mois de prison ferme. L’homme, également connu pour une affaire de drogue, a nié les faits.

Crédit photo : mintage Ojim (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux