Twitter débouté dans l’affaire du hashtag #unbonjuif

Twitter a été débouté le 12 juin par la cour d'appel de Paris dans l’affaire du hashtag #unbonjuif.

Twitter débouté dans l’affaire du hashtag #unbonjuif

Twitter débouté dans l’affaire du hashtag #unbonjuif

Télécharger en PDF

Twitter a été débouté le 12 juin par la cour d’appel de Paris dans l’affaire du hashtag #unbonjuif. La cour d’appel a confirmé son obligation de communiquer à cinq associations de défense des droits de l’homme les informations concernant les auteurs de tweets racistes ou antisémites.

La cour a constaté que Twitter n’avait pas fourni les données, ni la justification d’une impossibilité des les fournir. Le fait que la société américaine se soit déclarée prête à le faire, mais sous plusieurs conditions, notamment la délivrance d’une commission rogatoire internationale, ne justifie pas cette non-communication, selon la Cour. « Nous sommes déçus que la Cour ait décidé de ne pas entendre notre appel. Nous étudions les options, y compris celle de soumettre à nouveau l’appel », a réagi Twitter.

En octobre dernier, plusieurs tweets reprenant les mots clés #unbonjuif et #unjuifmort avait été diffusé sur le réseau social de micro-blogging qui avait alors été assigné en référé par l’Union des Étudiants Juifs de France (UEJF), J’accuse ! (action international pour la Justice), SOS Racisme, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA).

Twitter avait accepté de retirer les messages infamants mais en janvier, un nouveau hashtag apparaissait sur le réseau social : #SiJetaisNazi, provoquant la fureur des associations… Ce sont deux conceptions de la liberté qui s’affrontent dans cette affaire : la liberté américaine qui ne supporte aucune restriction et la liberté française qui en supporte de nombreuses. Reste désormais à savoir si l’entreprise américaine va s’exécuter face à une décision de justice française, ce qu’elle n’est théoriquement pas obligée de faire.

Voir aussi : Tweets antisémites : l’UEJF assigne Twitter en référé

Crédit photo : capture d’écran Twitter. Montage Ojim (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook