Protection du secret des sources vs. « raison d’état »

Les journalistes refusent de livrer leurs infos au gouvernement © Milady de Winter

Protection du secret des sources vs. « raison d’état »

Télécharger en PDF

On savait les journalistes extrêmement pointilleux sur leurs droits. On en a une nouvelle preuve aujourd’hui.

En effet, le projet de loi sur la protection du secret des sources des journalistes ne plait pas à tout le monde. Comme le signale Le Point, « en quelques heures, le nouveau projet de loi a été unanimement condamné ». Le texte empêche toute violation du secret des sources. Jusqu’ici tout va bien. Mais, le projet de loi pose une exception à cette règle, en cas d’ « atteinte grave aux intérêts fondamentaux de la nation ». C’est cette restriction qui ne passe pas.

Pour le SNJ, « l’introduction de la notion d’atteinte « aux intérêts fondamentaux de la Nation » est tellement vaste qu’elle risque bien de vider de sa substance le principe même de protection des sources. Politiquement, elle rappelle trop les excès catastrophiques commis au nom de la raison d’État ». Raison d’État : le mot est lâché, Machiavel est de retour !

« Reporters sans frontières est abasourdie par le recul majeur du gouvernement ». « Le Conseil d’État a achevé de vider le projet de loi de sa substance », estime Christophe Deloire, le patron de l’association, dénonçant une notion « vague » et « large ».

La Fédération Française des Agences de Presse (F.F.A.P) parle elle, de « modifications incompréhensibles ». Le Monde évoque une « reculade ». « Les intérêts de la Nation, c’est naturel, sont vastes. […] S’inquiéter d’une décision cachée du ministre des affaires étrangères ou de la rouille éventuelle de la tour Eiffel légitimera-t-il d’espionner les porteurs de mauvaises nouvelles » s’interroge le quotidien du soir, dans son éditorial du 13 juin dernier.

Et de conclure, « la France semble décidément incapable d’accepter les contre-pouvoirs ». Un dossier à suivre avec intérêt. Comment les journalistes vont-ils traiter ce sujet qui les concerne directement ?

Source : Le Point – dessin : © Milady de Winter pour l’Ojim

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook