Christophe Jakubyszyn

Télécharger en PDF

Christophe Jakubyszyn : journaliste politique… et partisan de la transparence de l’information.

« Il faut savoir de temps en temps griller le off »

Christophe Jakubyszyn est un journaliste français de 46 ans, né en juillet 1967 à Paris dans le 13ème arrondissement, d’un père botaniste et d’une mère fonctionnaire, directeur adjoint du service politique de TF1/LCI depuis décembre 2012. Il est père d’une fille qu’il a eu avec la journaliste Bénédicte Mathieu. Il s’est fait une spécialité de révéler les propos tenus en off par les politiques dans un souci de transparence. De même, il a fait parler de lui fin 2012 avec sa biographie de Valérie Trierweiler qui lui a valu d’être attaqué en justice pour diffamation alors même qu’il venait d’être embauché par TF1.

Formation

Christophe Jakubyszyn a été scolarisé au lycée Claude Monet à Paris. Il a obtenu par la suite un diplôme de l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Paris en 1988 puis de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (ESSEC) en 1990.

Parcours professionnel

Après avoir été contrôleur de gestion à L’Oréal Finlande de 1991 à 1992, Christophe Jakubyszyn se lance dans le secteur de la presse écrite en devenant journaliste à Option Finance de 1993 à 1994 puis à La Tribune de 1994 à 1995. Après un bref passage à la Commission Européenne en tant qu’administrateur de 1995 à 1996, il entre au sein du quotidien Le Monde où il exerce tour à tour les fonctions de journaliste économique de 1996 à 2000, puis de rédacteur en chef des pages économiques de 2001 à 2002 et enfin de journaliste politique de 2003 à 2008. Parallèlement, il est vice-président de la société des rédacteurs du Monde. En 2008, il publie « Le chouchou. Le fabuleux destin de Xavier Bertrand », co-écrit avec Muriel Pleynet. Dans ce livre, les auteurs décryptent le style et la méthode de l’ancien ministre du travail de Nicolas Sarkozy. En janvier 2009, il est nommé directeur de la rédaction de la radio RMC, succédant ainsi à François Pesenti. Sur la même antenne, Christophe Jakubyszyn est également éditorialiste politique tous les jours dans la matinale de Jean-Jacques Bourdin, « Bourdin & Co » à 7h20. Il est également éditorialiste politique à BFMTV (qui appartient au groupe NextRadioTV, le même que RMC) de 2009 à 2012. En septembre 2010, la direction de RMC lui confie la présentation d’une émission de la mi-journée, « Le Grand Show de l’Info », de 13h à 14h. Ce programme deviendra plus tard « Carrément Brunet », présenté par Eric Brunet. En novembre 2010, il devient le « joker » de Jean-Jacques Bourdin en présentant l’émission en son absence. En 2012, il présente la chronique « Politique 2012 » à 7h50 du lundi au vendredi sur BFMTV. Il réalise également une interview politique le dimanche soir dans la séquence « L’After RMC ».

La Frondeuse

La Frondeuse, éd. du moment

En octobre 2012, il est attaqué en justice par l’ex-première dame de France Valérie Trierweiler. Cette dernière a déposé devant le TGI de Paris deux plaintes, l’une pour diffamation et l’autre pour atteinte à la vie privée, sur le motif qu’il révèle dans sa biographie La Frondeuse (co-écrite avec Alix Bouilhaguet, éditions du Moment) une liaison intime qu’elle aurait eu avec le député UMP Patrick Devedjian, lequel dément également. Dans cette affaire Valérie Trierweiler, qui réclamait pas moins de 85 000 euros de dommages et intérêts, en obtiendra 10 000 en réparation du préjudice subi de la part de l’éditeur et des auteurs et 3000 euros de celle du magazine Point de vue et de Christophe Jakubyszyn, au titre d’atteinte à la vie privée. Pratiquement dans le même temps, en décembre 2012, Christophe Jakubyszyn quitte le groupe Next Radio TV et rejoint TF1 où il remplace François Bachy (lequel a rejoint la direction de la communication de la Caisse des dépôts) au poste de directeur adjoint chargé du service politique de TF1/LCI. Il assure également la fonction d’éditorialiste au sein des JT. Pour des raisons d’image, la direction de TF1 annonce qu’elle soutient officiellement Christophe Jakubyszyn dans le conflit qui l’oppose à Valérie Trierweiler et qu’elle ne souhaite pas revenir sur le recrutement du journaliste en son sein. Lors du procès, l’accusé se défendra à la barre du TGI n’avoir pas voulu faire « le CV sentimental » de Valérie Trierweiler mais expliquera avoir révélé cette information pour éclairer les rapports particuliers entre Patrick Devedjian et François Hollande. En février 2013, Christophe Jakubiszyn est invité par l’Ecole de journalisme de Sciences Po Paris à intervenir dans le cadre d’un master class sur le thème du journalisme politique. Dans ce cadre, il expose sa vision de son métier. Quelques mois plus tard, en juillet 2013, Valérie Trierweiler est à son tour condamnée à payer la somme de 2 500 euros pour remboursement de frais de justice à l’éditeur du livre et 2500 à Christophe Jakubyszyn, après avoir pris la décision à la mi-juin de renoncer à engager des poursuites pour diffamation.

Publications

  • Le chouchou. Le fabuleux destin de Xavier Bertrand, avec Muriel Pleynet, Éditions Anne Carrière, 2008
  • La Frondeuse, Valérie Trierweiler, avec Alix Bouilhaguet, Éditions du moment, octobre 2012.

Sa nébuleuse

Christophe Jakubyszyn est marié à Bénédicte Mathieu qui est journaliste, auteur pour Actes Sud Junior et chroniqueuse pour le site internet yagg.com. Ce dernier se proclame sur sa page facebook comme « le premier media social LGBT (Lesbien, Gay, Bi et Trans), fier et différent ». Il a été créé en 2008 par quatre journalistes, dont Christophe Martet, ancien rédacteur en chef de Têtu. Depuis 2013, le site intègre Têtu.com, le site internet du magazine de presse Têtu. Dans son sillage est né Yagg Pro, le premier réseau social des professionnels LGBT. Par ailleurs, Christophe Jakubyszyn a co-signé son ouvrage, Le Chouchou. Le fabuleux destin de Xavier Bertrand avec Muriel Pleynet, alors journaliste politique à LCP, en charge du suivi de la droite parlementaire. Cette dernière a déjà publié en 2006 en collaboration avec Emilie Aubry Pas de deux à l’Elysée aux éditons Héloïse d’Ormesson, une enquête sur la « peoplisation » du couple présidentiel. Depuis, Muriel Pleynet est devenue rédactrice en chef adjointe à i>Télé (Groupe Canal+). Christophe Jakubyszyn est également proche de la journaliste Alix Bouilhaguet avec laquelle il a co-écrit la biographie La Frondeuse, Valérie Trierweiler (Editions du moment) publiée en octobre 2012. Ancienne grand reporter au service politique de France 2, cette dernière a notamment suivi la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. En disponibilité à Washington, elle est depuis 2010 correspondante pour le quotidien Le Parisien-Aujourd’hui en France.

Combien il gagne

Non renseigné

Parcours militant

Non renseigné

Ils l’ont dit

« Je me demande si ça aussi, ce n’est pas du populisme. Parce que si dès que quelqu’un lève un sourcil, paf c’est sur Twitter, ça devient un peu une société totalitaire », Jean-Michel Apathie en février 2010 sur Canal+, à propos de la décision de Jakubyszyn de révéler des propos tenus en off dans les couloirs de RMC par Eric Besson disant qu’il fallait passer les médias à la Kalachnikov (voir vidéo).

« Comment la chaîne compte-t-elle freiner sa chute sur le toboggan de l’audience ? Rester dans l’omerta traditionnelle sur les choses de la vie privée, ou basculer, comme BFM, comme les hebdos, dans le trash décomplexé ? Peut-être l’embauche de Jakubyszyn traduit-elle un choix stratégique secret. Peut-être pas. Allez savoir. Que signifierait le choix du basculement ? L’acceptation définitive que le divertissement est, pour une chaîne privée, plus rentable que l’information. L’hypothèse n’est pas absurde », Daniel Schneidermann, dans Libération Médias le 14 octobre 2012, à propos de l’embauche de Christophe Jakubyszyn par TF1 au moment de la sortie de sa biographie sur Trierweiler.

Il l’a dit

« La preuve que Mélenchon chasse sur les terres du FN, c’est qu’il parle de nation dans ses meetings. Et dans les meetings du Front de gauche, on n’entend plus seulement l’Internationale, mais on entend plutôt la Marseillaise. Un hymne qui fait encore s’étrangler bon nombre de communistes », janvier 2011, BFM TV.

« Le off, c’est forcément une forme de connivence. Pour qui je travaille ? Le politique ou mon auditeur ? La réponse est assez évidente. Quand il y a une révélation intéressante à faire en termes d’information, je pense d’abord à mon auditeur, à mon lecteur donc je lui donne l’information, je lui dois l’information. Je trouve qu’on fait trop de off en France. Et c’est parce qu’on en fait trop que les politiques ont pris l’habitude qu’on respecte le off. Je pense qu’il faut casser ce cercle vicieux », 15 septembre 2011, master class à l’IEP Paris (vidéo dailymotion).

« Il faut savoir de temps en temps griller le off », octobre 2012, sur le plateau du Grand Journal (Canal+).

« Nous devons être un peu moins institutionnels. Il y a un désamour entre la classe politique et les citoyens. Nous devons montrer pourquoi la politique les concerne, pourquoi elle a des conséquences sur leur vie de tous les jours ; et pas uniquement traiter des rapports de force entre les appareils », 30 novembre 2012, Le Monde, supplément « Télévision » (Interview à propos de son arrivée sur TF1).

« Après avoir cédé aux pigeons, aux poussins, après avoir renoncé à la taxe sur le gasoil, après avoir abandonné la fiscalité sur les PEL et les PEA, le gouvernement cède une nouvelle fois sur l’écotaxe. Un renoncement de plus (…) A force de renoncement, Jean-Marc Ayrault a perdu son autorité et sa crédibilité. Comment ce même gouvernement pourrait lever demain la suspension de l’écotaxe ? », 29 octobre 2013, TF1.

« Le désir de synthèse, de compromis de François Hollande est si fort qu’il n’a peut-être pas réalisé ce qu’il proposait vraiment, à moins que le président de la République soit un nouveau roi Salomon, vous savez pour départager deux femmes qui se disputaient un enfant, Salomon avait proposé de couper l’enfant en deux. Heureusement, c’était la vraie mère qui avait refusé, proposant que l’autre garde l’enfant. Et bien, peut être que François Hollande a fait une proposition aussi surprenante pour tenter d’un côté d’apaiser son aile gauche et la jeunesse en colère tout en sachant que Leonarda ne reviendrait pas en France. A force de ne vouloir froisser personne le président de la république risque de mécontenter tout le monde », 19 octobre 2013, TF1 (à propos de l’affaire Leonarda)

« Pour le ministre de l’intérieur, c’est une victoire politique totale, c’était l’objectif de Manuel Valls en menant cette offensive contre Dieudonné, démontrer que la politique ne doit pas baisser les bras, la justice dit « Je peux condamner mais à postériori », le ministre de l’intérieur voulait interdire à priori avant le spectacle, on disait l’interdiction de ce type de spectacle rarissime, très difficile juridiquement, et bien Manuel Valls a finalement gagné ce soir devant le conseil d’État (…) Cette décision représente une véritable rupture de jurisprudence (…) C’est ce que voulait prouver Valls, c’est qu’il est devenu incontestable et incontournable. Un rapport de force politique qui n’est pas sans rappeler celui qu’avait instauré un autre ministre de l’Intérieur avec Jacques Chirac : Un certain Nicolas Sarkozy », 9 janvier 2014, TF1 (à propos de l’interdiction par le Conseil d’État du spectacle de Dieudonné à Nantes).

Crédit photo : capture d’écran vidéo BFMTV via Youtube

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.