Picouly dénonce la disparition de la culture sur France TV

Picouly dénonce la disparition de la culture sur France TV

Picouly dénonce la disparition de la culture sur France TV

Télécharger en PDF

Au micro d’Europe 1 ce dimanche 9 juin, Daniel Picouly s’est montré très remonté à l’égard de son employeur, France Télévisions, l’accusant de pousser la culture « dans un grand précipice ».

« On a l’impression que les émissions sont poussées de plus en plus loin [dans la grille, ndlr] et qu’elles finissent par sombrer sans que personne ne s’en aperçoive. C’est une sorte de stratégie qui a été utilisée pour Taratata et Les mots de minuit. […] C’est une erreur de les avoir supprimées de cette manière-là ! », a-t-il protesté.

L’animateur poursuit en se plaignant de la concurrence mal gérée d’avec les chaînes privées : « Aujourd’hui, il manque une réflexion sur les programmes du service public. On veut quoi du service public ? Qu’il soit le challenger des chaînes privées ? On est mort ! […] Qui peut me dire quelle est la mission du service public ? Je ne vois pas quelle est la politique du service public à l’égard de la culture. Et je ne vois pas quelle est sa politique télévisuelle en général, donc ça m’embête ! »

« On nous demande de faire de l’audience, mais si j’ai les même contingences que le privé alors pourquoi y a-t-il un service public ? s’est-il interrogé. […] S’il n’y a pas de publicité, c’est que normalement on n’est pas régi par l’audience… Il est bien évident qu’on ne mettra jamais 1 million de personnes devant une émission littéraire. S’en remettre aux chiffres veut dire qu’on n’a pas de stratégie globale. »

Celui qui officie aujourd’hui sur France Ô conclut son coup de gueule en regrettant travailler « sur une chaîne que l’on ne connait même pas »…

Crédit photo : capture d’écran vidéo Europe 1 via Dailymotion (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook