Berlusconi : la presse française unanime

La presse française unanime contre le retour de Berlusconi

Berlusconi : la presse française unanime

Télécharger en PDF

Après l’annonce de la démission imminente de Mario Monti et de la candidature prochaine de Silvio Berlusconi au poste de chef de gouvernement en Italie, la presse française, dans sa quasi-unanimité, s’inquiète du retour possible du Cavaliere aux affaires.

« Au secours, il revient ! », écrit par exemple Denis Daumin dans La Nouvelle République du Centre-Ouest du lundi 10 décembre 2012, exprimant ainsi l’avis général.

Dans Les Échos, Nicolas Barré brandit le spectre d’une crise politique « qui briserait l’élan des réformes engagées par Mario Monti », un risque que l’Italie devrait « ironiquement à celui que les marchés financiers ont chassé du pouvoir en novembre 2011 ».

Hormis le fait que plus personne ne semble trouver problématique le fait que les marchés financiers puissent aujourd’hui chasser du pouvoir un dirigeant démocratiquement élu, la presse oublie de s’interroger sur l’essentiel : le fossé grandissant entre les exigences démocratiques d’un côté, et celles du marché, de l’autre, exigences qui ont de plus en plus de mal à coexister.

Le retour de Berlusconi menacerait de « pénaliser » l’Italie, écrit Christophe Lucet dans Sud-Ouest. Il menacerait également « d’allonger la liste des grands sinistrés après le Grèce, l’Espagne et le Portugal », estime Ivan Drapeau dans La Charente libre. Certes. Mais que faire si les Italiens votent à nouveau pour lui ?

À se demander si les journalistes ne préparent pas les esprits à légitimer par avance un nouveau coup de force anti-démocratique.

Source : Le Monde. Crédit photo : capture d’écran LeMonde.fr

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook