Jours de France : Lafont Presse contre Le Figaro

Jours de France : Lafont Presse contre Le Figaro

Jours de France : Lafont Presse contre Le Figaro

Télécharger en PDF

Depuis l’annonce par le groupe Le Figaro (appartenant au groupe de presse Socpresse), fin juillet, de sa volonté de relancer « Jours de France » en effectuant une parution test dans les prochains jours, le patron de Lafont Presse (créé en 1984 et propriétaire de plus de 80 magazines), Robert Lafont (à ne pas confondre avec Robert Laffont, fondateur des éditions Robert Laffont), n’en démord pas : « il n’est pas question que nous puissions laisser relancer un titre qui aujourd’hui est sérieusement exploité, qui nous appartient et cela depuis 10 ans ».

Dans une lettre cinglante envoyée à Serge Dassault, propriétaire du quotidien parisien réputé de droite, Robert Lafont menace de lancer « la procédure nécessaire afin que les tribunaux jugent qui, aujourd’hui, a le droit sur ce titre ».

L’imbroglio est simple, le magazine féminin « Jours de France », lancé par Marcel Dassault en 1958 a cessé de paraître en janvier 1989. En 2010, Robert Lafont lance ainsi un magazine people intitulé « Jour de France » (sans « s ») après avoir déposé le nom à l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi) dès 2003.

Pour Marc Feuillée, directeur général du groupe Le Figaro, « la marque Jours de France nous appartient ». Mais le son de cloche est évidemment différent pour Robert Lafont : « aujourd’hui Le Figaro entend s’accrocher au wagon, après que nous ayons investi et relancé le titre, alors qu’ils ne peuvent pas non plus ignorer que Jours de France – du fait de sa non-exploitation – était tombé en désuétude, et que tout le monde pouvait donc le relancer ».

Cette histoire s’apparente à celle du pot de fer contre le pot de terre puisque le chiffre d’affaire de Lafont Presse est environ 50 fois inférieur (20 millions d’euro annuels) à celui de Socpresse (1 milliard d’euro environ).

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook