A la une
Front National : « Libé » repart en guerre !

Front National : « Libé » repart en guerre !

Télécharger en PDF

Comment faire pour tenter d’endiguer l’érosion d’un lectorat visiblement de moins en moins sensible aux jeux de mots et au ton libéral-libertaire du quotidien d’Édouard de Rotschild ?

Face à cette question, la rédaction de Libération semble avoir décidé de ressortir les vielles recettes et les panoplies élimées de « l’antifascisme » militant. Couvertures dramatisées (« Le poison FN »), appels à la vigilance, dénonciations tous azimuts… on se croirait presque revenu à l’après 21 avril 2002.

C’est sans doute sous la plume de son directeur de la publication, Fabrice Rousselot, que s’est exprimé le plus clairement ce renouveau du positionnement « combatif » face à la « montée et la banalisation de Marine Le Pen et du Front National ». En effet, dans l’édition du 13 septembre 2013, ce dernier a tenu à faire une solennelle mise au point, rappelant les « fondamentaux » de sa publication. Réaffirmant avec force le refus de publier toute entrevue des Le Pen, père ou fille, dans ses colonnes, Fabrice Rousselot admoneste également les médias qui, eux, acceptent de donner la parole aux représentants du Front National. Première cible de l’ire du directeur de Libé : TF1, accusée de complaisance envers la présidente du FN.

« On ne peut pas interviewer Marine Le Pen comme on interviewe n’importe quel autre dirigeant politique. Le danger serait alors de banaliser une extrême droite qui reste un danger pour la démocratie », écrit ainsi Fabrice Rousselot suite au passage de Marine Le Pen au JT de 20 heures de la première chaîne le jeudi 12 septembre. Qu’on se le dise, « Libé » est entré en résistance une fois de plus…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook