Stéphane Dubun : le boss de Franceinfo
[Dossier] La Chute de la Maison Juppé

[Rediffusion] [Dossier] La Chute de la Maison Juppé

Télécharger en PDF

[Rediffusion – article publié initialement le 02/12/2016]

Il était le favori, le candidat des médias, l’élu des Inrocks, l’effigie de tout un système, et Juppé s’est pourtant fait rétamer par Fillon l’outsider. Après le Brexit, après Trump, il semble que chaque élection soit l’occasion, pour les peuples occidentaux, de condamner avec éclat les directives de leurs médias. L’OJIM s’est penché sur la dernière occurrence, française, de la révolte, lors des primaires de la droite.

Décidément, depuis quelques mois, les « séismes » électoraux s’enchainent, à croire qu’en Occident, les plaques tectoniques de l’opinion se déplacent avec fracas. L’image peut sembler d’autant plus pertinente que nous nous trouvons à la fois devant un déplacement de l’opinion majoritaire de nos pays, et devant un déphasage entre ce déplacement profond et l’horizon inamovible d’une pensée unique tenant tous les moyens d’information officiels, mais ne régnant plus qu’en surface. Cette dernière séquence-surprise qui vit s’effondrer les pronostics les mieux établis et les plus martelés, nous donne l’occasion de faire un point sur le phénomène. Comment le candidat des médias a été déchu par les suffrages ? Et surtout quelles sont les nouvelles forces qui s’affrontent, directes ou indirectes, officielles et officieuses, mainstream ou alternatives, en France, sur le plan de l’opinion ? Voici les questions auxquelles ce nouveau dossier tentera de répondre.

Une nouvelle cartographie

Les articles et dossiers de l’OJIM l’ont suffisamment répété, ce qui frappe lorsqu’on observe les médias français du début du XXIe siècle, c’est qu’ils ont fortement dévié de leur mission initiale. Passant du statut de principal contre-pouvoir à celui de principal pouvoir idéologique ; d’une fonction d’information à une fonction de propagande insidieuse ; de reflet des opinions s’affrontant au sein d’une démocratie au martèlement de la doxa libérale-libertaire de l’oligarchie mondialisée ; leur rôle et leur poids, mais aussi, à terme, leur crédibilité, ont grandement varié au cours de ce dernier demi-siècle. En conséquence, ce contre-pouvoir perverti a fini par susciter lui-même de nombreux contre-pouvoirs ou d’importantes réactions de rejet, lesquelles réactions se montrent, ces derniers temps, toujours plus spectaculaires. Aussi, il n’y a plus d’adéquation entre la presse et l’opinion, mais une configuration inédite, paradoxale et éclatée, comprenant de nombreux acteurs, que cette primaire de droite a permis de mettre exemplairement en lumière. À côté, ou contre, ou sous, les médias mainstream, on trouve ainsi les sondeurs, les humoristes, les intellectuels dissidents, la « fachosphère » qui n’est souvent que la « réinfosphère » stigmatisée par les obsédés du stigmate, ou encore l’influence des réseaux sociaux. Observons comme chacun de ces acteurs a joué son rôle, à plein ou à contre-emploi, pour faire émerger et couronner, à la surprise de tous, la figure de l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy.

« Juppémania »

C’est en novembre 2014, soit deux ans exactement avant cette primaire pré-présidentielle, qu’Alain Juppé s’est vu recevoir l’onction des médias à travers une couverture surréaliste des Inrocks, qui faisait de ce vieux chiraquien ringard, compromis, soporifique, libéral et de droite, l’icône improbable des branchouilles de gauche… Il se trouve que quelques jours plus tôt, en ce même mois de novembre, les sondages de mi-mandat révélèrent une cote de popularité du président Hollande en-dessous des lignes de flottaison de la crédibilité minimale (12%), et que le bobo commençait à comprendre que les prochaines élections présidentielles annonçaient de plus en plus inéluctablement le scénario d’un nouveau 21 avril. Aussi, prévoyant et stratège, le magazine le plus à la page des années Mitterrand se chercha-t-il un candidat à droite, désigna « Le moins pire d’entre eux », et titra, dans un espoir performatif un rien mégalo : « Juppémania », tout en livrant un entretien qui attestait de la bonne correction politique d’Alain Juppé (il se montrait favorable à l’adoption pour les couples homosexuels). Cette tentative d’influencer l’opinion par l’éloge paradoxal du « moins pire » et dans une perspective de détournement, donnait quand même l’impression cocasse d’une jeune fille qui, pour pallier son absence de cavalier, tenterait de glamouriser papy avant qu’il l’accompagne au bal. Cette stratégie, aussi biscornue que voyante, pouvait-elle se révéler efficace ? Déjà à l’époque, Loïc Le Clerc, lucide, dans Marianne, prévient : la lèche des Inrocks risque surtout d’avoir l’effet contraire à celui recherché en faisant d’Alain Juppé le « candidat des médias ».

L’Anti-Finkielkraut

Le 13 septembre dernier à Strasbourg, Juppé dévoilait l’axe de sa campagne, celui-ci se fondait sur le concept d’ « identité heureuse ». « Je porte une idée, presque un idéal, celui de l’identité heureuse », clamait-il en prenant ainsi le parfait contrepied du Gaulois Sarkozyx, mais surtout en s’opposant frontalement au philosophe Alain Finkielkraut, puisque c’est du détournement du titre d’un de ses livres les mieux vendus, L’Identité malheureuse (Stock, 2013), que le candidat tenait son « concept ». « Je persiste et je signe : oui, l’identité de la France, l’identité heureuse, c’est ce vers quoi je veux conduire le pays », a-t-il lancé devant près de deux mille personnes, réunies dans le palais des congrès de la ville, en disant : « non au pessimisme, au déclinisme ou au renoncement. » Bien sûr, cette phrase ne veut à peu près rien dire puisque soit la France a une identité, soit elle n’en a pas. Si elle en a une, elle en hérite, si bien qu’on ne conduit pas la France vers son identité, mais on prolonge, développe, déploie, l’identité que la France porte déjà en elle. Ou alors, la France n’a pas d’identité, ce qui signifie que la France n’existe pas, et en ce cas, on conduit en effet ce néant malheureux vers quelque chose de plus sympathique, fût-ce n’importe quoi. De la même manière, est-ce bien raisonnable de dire « non au pessimisme et au déclinisme », plutôt que de s’opposer aux causes de ce pessimisme et aux raisons du déclin ? Non, mais ce n’est pas le problème, il s’agit alors, pour Alain Juppé, ni de parler français (ce qui est une habitude fort discriminante), ni d’exprimer des choses intelligentes, mais de continuer de faire jouir Les Inrocks et les autres médias mainstream qui, en effet, conspuent l’académicien Finkielkraut pour son « déclinisme » et déplorent son influence, une stratégie que jusque là, les sondages encouragent, puisqu’à la fin du mois, Juppé est donné gagnant de la primaire avec près de 60% des voix.

Médias, sondeurs, intellectuels

La stratégie de Juppé se présente donc, en début de campagne, comme une stratégie efficace, et on voit qu’elle sollicite différents acteurs devenus décisifs dans l’opinion, mais dont l’effet n’est pas forcément celui qu’on escompte. La figure de l’intellectuel dissident, qu’il s’agisse d’Éric Zemmour ou d’Alain Finkielkraut, à la fois plébiscités par un peuple de l’ombre et conspués par les médias officiels ou satanisés par les humoristes du service public, cristallise sur elle de puissants enjeux. S’afficher anti-Zemmour ou anti-Finkielkraut, c’est se concilier illico toute la presse officielle, en retournant à son bénéfice leur effet répulsif. Quant aux sondages, ils semblent avoir tendance, dans un premier temps, à confirmer les signaux produits par les médias qui les commandent, un peu comme si les sondés témoignaient d’abord du fait qu’ils avaient bien compris ce qu’on attendait d’eux. Voici donc la première « boucle » qu’enclenche le candidat Juppé : 1- attaquer l’intellectuel répulsif ; 2 – s’agréger les médias mainstream ; 3 – valider le bénéfice de ce soutien par les sondages. Cela semble implacable, sauf qu’à terme, cette boucle s’avérera surtout le circuit d’une prophétie auto-réalisatrice par laquelle le système médiatique tente de se faire croire et de convaincre tout le monde que ses désirs sont des ordres, procédé qui finit même, dans la France comme dans l’Amérique de 2016, par produire un effet de retournement.

Le « bad buzz » d’Ali Juppé

Il y a d’autres acteurs, à côté des médias traditionnels, qui, aujourd’hui, influencent l’opinion de manière décisive, Internet en premier lieu. Le candidat Juppé ne l’ignore pas, d’ailleurs, et s’il semble croire que les magasins Prisunic existent encore, cela ne l’empêche pas de tweeter depuis plus longtemps que ses rivaux. « Dans sa volonté d’occuper tous les terrains, et viser au-delà des simples adhérents des Républicains, Alain Juppé s’est aussi investi dans le volet numérique de sa campagne. » lit-on dans Les Inrocks début novembre. Sauf que la Toile développe un écosystème idéologique très différent de celui des médias émergés. Des sites d’informations alternatifs y jouissent d’une audience importante et produisent parfois des messages viraux. C’est ce qui arrivera avec la caricature du candidat des médias en « Ali Juppé » lancée par le site pour le moins islamosceptique « Riposte laïque ». Le 23 octobre, Romain Herreros, dans le Huffington Post, fait un historique et une interprétation de ce « bad buzz ». Selon lui, les fachos font de l’intox. Il s’appuie notamment, pour démontrer cela, sur la rumeur de financement d’une grande mosquée à Bordeaux grâce à son maire – rumeur fausse -, ou encore en expliquant que l’imam Tareq Oubrou, l’ami gênant d’Alain Juppé, étant menacé par Daech, ne peut-être que compatible avec la République. Ce dernier n’en est pas moins issu des rangs de l’UOIF, et à ce titre, relais de l’idéologie conquérante des Frères musulmans en France. Ensuite, l’islamophilie d’Alain Juppé ne fait mystère pour personne, et lui-même est capable d’expliquer dans une lettre aux catholiques, auxquels il s’adresse en tant que « chrétien agnostique » (encore une expression strictement aberrante) : « Je pense que le christianisme est, par construction, « une invitation et une source », pour mieux dialoguer avec les musulmans », formule que même La Croix qualifiera de « surprenante ». En somme, l’intérêt du christianisme, c’est de nous ouvrir à l’islam… Rien que cette déclaration valait légitimement à Juppé son surnom.

Influence et effets comparés d’internet et des médias classiques

Plutôt qu’une intox diffusée par des fachos, on pourrait donc très bien traduire cette campagne « Ali Juppé » comme une légitime mise en garde réalisée par des lanceurs d’alerte quant aux compromissions d’un impétrant à la présidence de la République avec l’islam, dans un contexte de guerre, de conquête ou de colonisation insidieuse a minima, menée par cette religion sur le sol français. Ce qui expliquerait d’ailleurs la remarquable efficacité d’une telle campagne à laquelle Alain Juppé associera son soudain décrochage en la qualifiant de « dégueulasse ». Mais alors cela signifierait qu’il est plus dommageable d’être attaqué par un site internet laïciste qu’il est avantageux de faire une « Une » énamourée des Inrocks ? Voilà qui en dit beaucoup sur le nouvel écosystème médiatique… Mais à vrai dire, les deux événements jouaient en fait contre le maire de Bordeaux, puisqu’être le « candidat des médias », comme l’avait annoncé Loïc Le Clerc, et encore davantage à l’ère de Trump et du Brexit, cela revient à n’être pas le candidat du peuple qui perçoit toujours plus, à raison, les médias comme l’officine de propagande déguisée des intérêts de l’oligarchie.

Fillon contre l’humoriste

L’une des séquences les plus révélatrices de cette campagne des primaires, et qui sera probablement décisive pour le triomphe de François Fillon, c’est sa confrontation avec l’humoriste Charline Vanhoenacker dans « L’Émission politique » de France 2, le 27 octobre. Quand Léa Salamé et Charline Vanhoenacker n’occupent pas les créneaux principaux de France Inter, elles occupent en effet les créneaux principaux de France 2, sans doute parce que le service public audiovisuel, en France, est une « grande » famille de dix personnes de gauche. Comme l’a montré le magazine Causeur dans son numéro de novembre titré « France Inter aux Français ! », quand, sur cette station, la pensée unique n’est pas divulguée par des journalistes, elle est bombardée par des comiques. Au lieu d’une diversité d’opinion qui conviendrait à une radio financée par le contribuable, on a une diversité de tons pour la même seule et unique opinion autorisée. Placée entre Vanhoenacker et Salamé, le candidat Fillon se retrouve, symboliquement, comme au centre du système Inter, entre la journaliste de gauche et l’humoriste de gauche, entre le sérieux de gauche et le comique de gauche, entre le bon flic de la Pensée Unique et le mauvais flic de la Pensée Unique. À sa place, Nicolas Sarkozy est resté de marbre, Bruno Le Maire a ri. François Fillon va faire infiniment mieux : il va recadrer tout le monde et révéler le chantage obscène et très insidieusement totalitaire sur lequel fonctionne la propagande des médias officiels. Ce n’est pas au clown de conclure. Parce qu’alors c’est le dispositif lui-même qui est vicié. Tout fini dans la dérision, la dérision liquide tout, sauf la moraline de gauche, bien sûr, qui est sauve, et condamne ainsi tout ce qui lui échappe. Alors que l’humoriste mettait un cierge au troisième homme, elle venait de lui offrir l’opportunité de devenir le premier en sabotant un dispositif vécu comme tyrannique. C’est bien ce que confirmera d’ailleurs l’un des conseillers du candidat : « C’est ce blasphème contre « l’infotainment » qui a déclenché, selon un conseiller de François Fillon, l’incroyable dynamique qui l’a mené où l’on sait », peut-on lire un mois plus tard dans Le Figaro.

Révolte

Le triomphe impromptu de François Fillon n’avait été guère deviné, même si l’observation des dynamiques sur les réseaux sociaux, ce que les spécialistes appellent les « signaux faibles », s’est révélée plus pertinente que la seule écoute des sondages, comme dans les cas de Trump et du Brexit. Tous ces éléments sont les indices multipliés d’une nouvelle configuration et d’une nouvelle dynamique dans l’opinion, où chaque acteur peut avoir un effet insoupçonné. C’est l’anti-Vanhoenacker qui a écrasé l’anti-Finkielkraut. C’est le site internet militant Riposte laïque qui a eu une influence décisive sur le destin politique d’Alain Juppé, pas Les Inrocks. Surtout, c’est le candidat qui sabota le dispositif médiatique qui l’emporta sur le candidat promu par les médias, cette même promotion devenant, en 2016, une tare plutôt qu’un atout. Le pouvoir médiatique, en tant que contre-pouvoir perverti, est globalement vécu comme toujours plus illégitime par les populations occidentales. Si le pouvoir politique semble être devenu à peu près impuissant face à un pouvoir économique échappant à tout contrôle, les élections sont du moins l’occasion d’une révolte contre les médias officiels, alors que la sphère internet, comme nouveau contre-pouvoir médiatique, gagne quant à elle en influence et en légitimité. Tout semble donc indiquer que nous nous trouvons dans une phase transitoire et au début de l’effondrement d’un monopole idéologique. L’OJIM, bien sûr, sera en poste pour en chroniquer la chute.

Crédit photo : Florencecassisi via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook