Élection de Trump : les médias polonais entre hystérie et compréhension
Désinformation sur la Russie : l'AFP recadrée par une agence suisse

Désinformation sur la Russie : l’AFP recadrée par une agence suisse

Télécharger en PDF

Ayant repris, un peu hâtivement, une information douteuse du Washington Post, l’AFP a semble-t-il profité de l’occasion pour diaboliser la Russie.

Le 31 décembre 2016 au soir, l’agence publiait en effet une dépêche intitulée « Des hackers russes ont piraté un fournisseur d’électricité américain ». En vérité, cette dépêche s’appuyait uniquement sur un article du Washington Post dans lequel le quotidien américain affirmait que la compagnie d’électricité Burlington Electric avait été victime d’un piratage organisé par des hackers russes.

Malheureusement pour l’Agence France Presse, il s’avère que le Washington Post s’était un peu trop vite emballé. Au final, la Burlington Electric a simplement reçu, comme tous les opérateurs fédéraux, une note du Département de la sécurité intérieure américaine à propos d’un « malware ». Après vérification, la compagnie n’a retrouvé la trace de ce logiciel espion que sur un seul ordinateur, non-connecté au réseau. Pas de quoi sonner le tocsin…

N’ayant pas recoupé ses sources et se basant sur un seul article du Post, l’AFP a donc rapidement payé les conséquences de sa précipitation (intéressée ?). Sur Twitter, l’agence de presse suisse Romandie a interpellé l’AFP « en tant que client » pour lui demander de « stopper (ses) diffusions de fake news US relatives à des pseudos piratages russes ».

Mis face à ses erreurs, l’AFP a bel et bien rectifié ses informations, mais en reportant la faute sur le Washington Post et malheureusement sans présenter des excuses…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook