L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
AFP TV : défense et illustration de l’immigration clandestine

13 juillet 2022

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | AFP TV : défense et illustration de l’immigration clandestine

AFP TV : défense et illustration de l’immigration clandestine

13 juillet 2022

Temps de lecture : 3 minutes

Connaissez-vous l’AFP TV ? Ce vocable désigne des vidéos de courte durée de l’agence de presse française, qui permettent d’avoir des focus sur différents sujets d’actualité. Celles-ci sont disponibles sur YouTube ainsi que sur certains réseaux sociaux (Twitter, etc.).

On pour­rait s’attendre à ce qu’un four­nisseur d’informations aux grands médias comme l’AFP fasse preuve de retenue tant dans le choix des sujets que dans leur traite­ment. Une récente vidéo sur l’immigration clan­des­tine nous apprend – une nou­velle fois — que l’AFP est sou­vent plus proche du mil­i­tan­tisme que du journalisme.

L’immigration clandestine, véritable fléau subi par les Français

Depuis plusieurs années, la France est con­fron­tée à une immi­gra­tion clan­des­tine de plus en plus con­sid­érable. De nom­breux indi­ca­teurs en témoignent : le nom­bre de béné­fi­ci­aires de l’Aide Médi­cale d’État qui explose, les déc­la­ra­tions du min­istre de l’intérieur au Parisien en novem­bre 2021, qui estime le nom­bre d’étrangers en sit­u­a­tion irrégulière entre 600 000 et 700 000. Un chiffre à pren­dre comme une esti­ma­tion basse, tant Gérald Dar­manin a mon­tré dans le passé sa capac­ité à cacher des faits un peu trop gênants met­tant en lumière son incurie.

Sur les réseaux soci­aux, des comptes Twit­ter comme celui de Fdes­ouche et du jour­nal­iste Amau­ry Buc­co don­nent quo­ti­di­en­nement des exem­ples des con­séquences dra­ma­tiques des fron­tières poreuses de la France en par­ti­c­uli­er, et de l’Europe de l’ouest et du sud en général. Les moyens de la police des fron­tières sont large­ment sous dimen­sion­nés et la poli­tique du gou­verne­ment Cas­tex puis Borne de recon­duite des étrangers en sit­u­a­tion irrégulière dans leurs pays est un échec cuisant, d’autant plus patent que de nom­breux pays européens sont plus effi­caces que la France. Les sujets ne man­quent donc pas pour par­ler de l’immigration clan­des­tine. Mais ces dif­férents aspects de ce phénomène inquié­tant ne sem­blent pas intéress­er l’AFP TV.

Une tranche de vie pour provoquer l’empathie

Plusieurs arti­cles de l’OJIM ont durant les dernières années présen­té la reprise en main de l’information sur l’immigration menée par cer­tains jour­nal­istes de médias de grand chemin et des uni­ver­si­taires mil­i­tants après la crise migra­toire aigue de 2015.

Les images des hordes de migrants, par­fois vio­lents, affrontant les douaniers, ont frap­pé les esprits et mon­tré la déter­mi­na­tion de ceux qui enten­dent impos­er leur présence aux Français et aux Européens. Dès lors, des uni­ver­si­taires et des jour­nal­istes d’extrême gauche ont théorisé une nou­velle façon de par­ler de l’immigration clan­des­tine, afin de la ren­dre accept­able dans l’opinion publique.

La méth­ode sug­gérée a fait florès : il s’agit de provo­quer l’empathie en s’attardant sur une per­son­ne présen­tée comme plein de bonne volon­té qui s’épanche sur ses dif­fi­culté à être régu­lar­isée afin de s’insérer dans la société française. En pas­sant du pluriel au sin­guli­er, il s’agit de dédrama­tis­er et de minor­er l’ampleur de l’immigration clan­des­tine et par effet de ric­o­chet de met­tre les pou­voirs publics en accu­sa­tion afin de faciliter col­lec­tive­ment les régu­lar­i­sa­tions. C’est à l’aune de cet éclairage que peut être regardée l’une des dernières vidéos de l’AFP TV.

Alseny Diallo, un gentil papa

Le 3 juil­let, l’AFP TV a mis en ligne une vidéo émou­vante. On y voit un cer­tain Alse­ny Dial­lo, un jeune Guinéen, qui promène son enfant en le ten­ant par la main. Un bon papa, assuré­ment. Mais Ale­se­ny a un prob­lème : c’est une vic­time de l’Etat français. Il a fait une demande d’asile qui a été refusée. Il a fait un recours devant la Cour Nationale du Droit d’Asile qui a égale­ment été rejeté. C’est donc un étranger en sit­u­a­tion irrégulière. Il devrait fort logique­ment retourn­er dans son pays car il n’a pas été autorisé à séjourn­er en France.

Mais l’AFP TV ne s’embarrasse pas de ces con­sid­éra­tions. Ce qui intéresse l’agence de presse française, ce sont les tra­cas du clan­des­tin : « “Les preuves, tout ce qu’ils m’ont demandé, j’ai fourni tout, tout, tout… et c’est moi qui me retrou­ve ici, sans papiers” : à Lille, le défi de l’in­ser­tion des sans-papiers face au mur admin­is­tratif ».

Après avoir mon­tré son jeune enfant jouer, Alse­ny nous fait partager ses dif­fi­cultés : « rester sans tra­vail, rester sans argent, si tu ne fais pas le men­di­ant ou deman­der à quelqu’un, tu ne peux rien avoir, c’est dur quand même ». Puis une édu­ca­trice spé­cial­isée prend la parole ; « C’est dif­fi­cile parce qu’une per­son­ne sans papiers n’a aucun droit ». Une avo­cate inscrite au bar­reau de Lille inter­rogée ensuite par l’AFP TV surenchérit : « l’arsenal juridique est perçu comme injuste ».

On se prend à rêver qu’une voix off dise en con­clu­sion du reportage, au grand dés­espoir des manip­u­la­teurs qui par leurs tech­niques habiles voudraient nous faire accroire le con­traire : « mais allez dans n’importe quel pays du monde clan­des­tine­ment pour y réclamer immé­di­ate­ment des droits et des papiers, et vous com­pren­drez que les notions de nation­al­ité et de régu­lar­ité du séjour ne sont pas des fic­tions ».

Le même jour que la mise en ligne de la vidéo con­sacrée au jeune Guinéen, l’AFP TV pub­li­ait une autre vidéo. Le sujet ? « Le Roy­aume-Uni accusé de laiss­er les femmes migrantes à la mer­ci des vio­lences ». Le reportage est cette fois illus­tré par une ban­de­role sur laque­lle est inscrit « bor­ders kill », les fron­tières tuent. Tout un programme…

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés