Charlie Hedbo : ventes qui explosent, un site en rade

Infographie : Patrick #Drahi, à la fortune du câble ! [MàJ] https://t.co/pqrCbF4afu #médias

Intouchable

Charlie Hedbo : ventes qui explosent, un site en rade

Télécharger en PDF

La bonne affaire. « D’habitude, ça ne se vend pas et les exemplaires restent là toute la semaine », explique à l’AFP un marchand de journaux. Lui a écoulé tout son stock de Charlie Hebdo ce mercredi matin et attend l’arrivée d’exemplaires supplémentaires vendredi ou samedi. Le numéro du 19 septembre, qui diffuse des caricatures de Mahomet, est un succès commercial : les 75 000 exemplaires du premier tirage se sont arrachés en quelques heures.

Même dans le quartier parisien de Belleville, dont une partie importante de la population est d’origine maghrébine et dont les librairies « vendent des ouvrages sur l’islam » (admirez la pudeur de l’AFP), on ne le trouvait plus mercredi en fin de matinée. L’explication a été donnée par des kiosquiers qui racontent que, dès 6 heures du matin, des clients ont acheté tous les stocks avant de les déchirer sous leurs yeux… Sur Twitter, Jean-Michel Aphatie juge que « ce matin, Charlie Hebdo cherche plus à faire parler de lui qu’à défendre la liberté d’expression ».

Et, pour ce qui est de faire parler de lui, c’est réussi ! Outre des réactions en pagaille de personnalités (Jean-Marc Ayrault, Laurent Fabius, Mgr André Vingt-Trois, etc.) ainsi que des dépêches rapportant les mesures de sécurité prises par les ambassades, consulats et écoles françaises à l’étranger, Charb, son directeur, annonçait en début d’après-midi que « le site (du journal, ndlr) est bloqué car il a été piraté. Apparemment, c’est une attaque encore plus massive qu’en 2011 ». À 15h30, le blog de secours de la rédaction fonctionnait, lui, toujours. Un piratage en fin d’après-midi permettrait de prolonger le buzz… Car les CRS placés devant l’immeuble où elle est installée protègent peut-être des incendies criminelles mais pas des pirates informatiques !

En moyenne, Charlie Hebdo écoule 45 000 exemplaires chaque semaine. En novembre dernier, un numéro (rebaptisé Charia Hebdo) s’était vendu à 200 000 exemplaires tandis qu’en 2006, celui reproduisant douze caricatures de Mahomet avait atteint 480 000 exemplaires ! Charlie Hebdo du 19 septembre pourrait dépasser les 200 000 ventes.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook