Cachez ce Kamel que je ne saurais voir

Cachez ce Kamel que je ne saurais voir

Cachez ce Kamel que je ne saurais voir

Télécharger en PDF

Les internautes n’ont pas les mêmes pudeurs que certains journalistes. Le traitement de l’enlèvement de la jeune Chloé en est une nouvelle illustration.

Le 16 novembre, aux alentours de midi, le kidnappeur de Chloé est interpellé en Allemagne. L’information fait immédiatement le tour des rédactions.

En début d’après-midi, on apprend qu’il s’agit d’un « conducteur originaire du Gard », d’un « homme, âgé de 32 ans », d’« un français de 32 ans originaire du Gard ». Si son identité n’est pas révélée, ses antécédents judiciaires, eux, sont largement dévoilés : « il a été condamné plusieurs fois pour vols et violences et une fois pour agression sexuelle » précise, à 13h13, L’Express.

En milieu d’après-midi, toujours le 16 novembre, Le Figaro donne ses initiales, et rappelle que l’homme « avait notamment été écroué en 2007 pour une série de tentatives d’agressions sexuelles commises dans le Gard et dans le Vaucluse ».

À partir de ces renseignements, l’internaute peut découvrir l’identité de ce K. B., identité qui n’est toujours pas révélée par le presse. En effet, un article de La Provence du 15 juin 2007, encore disponible sur le site du journal, rappelle que « Kamel Bousselat, 27 ans, domicilié à Roquemaure, aurait en effet commis onze tentatives d’agression sexuelle entre le 3 et le 12 juin, dans le Gard et dans le Vaucluse ». Les informations se recoupent.

Côté presse, il faudra attendre 18h30 pour qu’Europe 1 révèle, au conditionnel, le nom de l’agresseur de Chloé : Kamel Bousselat.

Sources : L’Express, Le Figaro, La Provence, Europe 1

Crédit photo : capture d’écran MSN Actualités

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook