Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Vague de démissions à Télématin

12 octobre 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Vague de démissions à Télématin

Vague de démissions à Télématin

Il y a quelque chose de pourri au royaume de Télématin, la matinale de France 2. Fin septembre, nombreux sont les chroniqueurs de Télématin qui n’ont porté que du noir, « pour témoigner notre soutien et notre tristesse envers ceux qui ont été contraints de quitter l’émission », s’épanche une chroniqueuse dans Le Parisien du 6 octobre. Le présentateur Laurent Bignolas, en poste depuis deux saisons, leur a répondu « que ça ne ferait pas une ligne dans le Canard Enchaîné ».

Harcèlement moral

Depuis le 30 sep­tem­bre, onze chroniqueurs his­toriques dont Brigitte-Fan­ny Cohen, Anis­sa Arfaoui, Sarah Dor­aghi, Jean-Philippe Viaud, Marie-Dominique Per­rin etc. ont dis­paru de l’antenne. Isabelle Chalençon a dénon­cé un « har­cèle­ment moral » et expliqué qu’elle avait fait un burn-out.

Jean-Philippe Viaud s’est fendu d’un post lap­idaire sur Face­book au moment de son départ : « Après avoir inter­viewé quelques 2800 artistes pour leurs créa­tions filmées et présen­tées dans 1432 chroniques choisies par­mi près de 5000 œuvres vues ou lues, après avoir signé plus de 630 con­trats pré­caires, le numéro 1433, de la chronique ” Spec­ta­cles ” de Télé­matin sur France2, ne ver­ra plus le jour… Clap de fin. Rideau. Faisant suite à d’inacceptables propo­si­tions, suivi d’une annonce de fin de col­lab­o­ra­tion en quelques mots, je n’ai hélas, d’autre choix que de deman­der répa­ra­tion en sai­sis­sant les insti­tu­tions juridiques com­pé­tentes… »

Et de pour­suiv­re : « Les 31 ans de fidél­ité au ser­vice pub­lic, passées, à sign­er chaque mois, mes con­trats pré­caires d’intermittent du spec­ta­cle, en tant que col­lab­o­ra­teur spé­cial­isé puis réal­isa­teur, et par­al­lèle­ment ceux de pigiste jour­nal­iste, s’arrêtent donc mal­gré moi… Après m’être bat­tu sans cesse, caméra au poing, pour défendre les spec­ta­cles vivants et leurs créa­teurs, con­nus ou incon­nus, il est temps pour moi, aujourd’hui, de ne plus subir les anx­iétés, pres­sions, intim­i­da­tions, agres­sions ver­bales ou physiques, dis­crim­i­na­tions, chan­tages, incom­pé­tences, abus de pou­voir, indif­férences, etc etc. Me bat­tre pour moi-même en pen­sant à tous ceux qui sont dans la même sit­u­a­tion, devient une urgence et une néces­sité … »

Réduction des coûts

Depuis que la pro­duc­tion a été con­fiée cette sai­son à France Télévi­sions stu­dios, une fil­iale du groupe, pour réduire les coûts, la quar­an­taine d’employés de l’émission a eu le choix entre la porte, ou un CDI, avec 20 à 40% de réduc­tion de salaire à la clé et une affec­ta­tion aléa­toire dans le groupe. Pour l’objectif affiché de réduire la pré­car­ité – ces salariés cumu­laient les CDD aupar­a­vant, par­fois depuis des années – c’est raté.

Un chroniqueur explique au Parisien : « on a vécu l’enfer. Dans ce dossier il y a vrai­ment eu de la mal­trai­tance de la part de la direc­tion. C’est du mépris total, cer­tains sont sous anti-dépresseurs ». Pour un autre, « en sig­nant ce con­trat, on pou­vait très bien se retrou­ver sur la chaîne info ou sur le site web alors qu’on a tra­vail­lé vingt ans pour Télé­matin ».

La CGT muette

Lau­rent Big­no­las, lui, ne voit aucun prob­lème, et ne com­mente pas. Ce que con­tes­tent ses troupes : « il n’a rien fait pour nous défendre alors qu’il est représen­tant CGT du per­son­nel, cherchez l’erreur ! », affirme au Parisien une anci­enne chroniqueuse qui a saisi les prud’hommes comme plusieurs de ses ex-col­lègues.

Dans Paris-Match (3.10) il explique « J’ai débar­qué dans une équipe qui en par­tie ne voulait pas de moi. Je me suis donc prudem­ment glis­sé dans le mod­èle édi­to­r­i­al et je n’ai rien mod­i­fié. Je n’ai changé aucun chroniqueur par exem­ple ! J’ai, au con­traire ten­du des mains au niveau édi­to­r­i­al sur des choix d’an­gle par exem­ple. J’ai fait juste­ment atten­tion à ne pas être agres­sif. Cer­tains m’ont pris de très haut mais d’autres ont accep­té et écouté mes con­seils ».

Bruno https://www.ojim.fr/portraits/bruno-roger-petit/Roger-Petit aurait réa­gi sur Twit­ter : « Ce qui se passe à Télé­matin dont j’ai présen­té les jour­naux, est une honte pour France 2…Une honte ». Ce que com­mente le syn­di­cat CGC-Médias sur son blog : « Il a évidem­ment raison…les pra­tiques qui con­sis­tent à vir­er par wag­ons les col­lab­o­ra­teurs his­toriques de l’émis­sion mati­nale de France 2 (une majorité de femmes) est effec­tive­ment une honte ».

Selon la CGC-Médias, le prob­lème s’étend à d’autres chroniqueurs issus d’autres émis­sions repris­es en interne : « Ils sont tous aus­si nom­breux les CDDU de L’Actu comme de la Prod à non seule­ment n’avoir reçu la moin­dre propo­si­tion d’un quel­conque CDI mais surtout à avoir reçu par recom­mandé leur let­tre de fin de col­lab­o­ra­tion (licen­ciement abusif pour par­ler clair) accom­pa­g­né d’un doc­u­ment inti­t­ulé « sol­de de tout compte » qui est à la fin de con­trat ce que la clé à molette est à la may­on­naise qui leur indique qu’après des années et des années passées dans l’entreprise — cer­tains jusqu’à 30 ans – la société va leur vir­er quelques mil­liers d’euros seule­ment sur leur compte en banque (sou­vent moins de 10.000€ pour beau­coup) ». De quoi augur­er d’autres con­flits aux prud’hommes.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).