Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Une semaine maudite pour le gouvernement, bénie pour l’extrême gauche
Une semaine maudite pour le gouvernement, bénie pour l’extrême gauche

30 novembre 2020

Temps de lecture : 6 minutes

Accueil | Veille médias | Une semaine maudite pour le gouvernement, bénie pour l’extrême gauche

Une semaine maudite pour le gouvernement, bénie pour l’extrême gauche

Une semaine maudite pour le gouvernement, bénie pour l’extrême gauche

Le débat parlementaire sur la loi de « sécurité globale » a ouvert une séquence médiatico-politique que le gouvernement doit espérer oublier rapidement. L’extrême gauche ne pouvait par contre espérer meilleur alignement des planètes.

L’article 24 du projet de loi sur la « sécurité globale »

Le fameux arti­cle 24 du pro­jet de loi appelé de « sécu­rité glob­ale » inter­dis­ant la dif­fu­sion d’images de policiers cor­re­spond sans nul doute à une volon­té du min­istre de l’intérieur de redor­er le bla­son du gou­verne­ment auprès des forces de l’ordre. Des forces de l’ordre mis­es à l’épreuve tant par la mon­tée de la délin­quance que par le bilan calami­teux de son prédécesseur, Christophe Cas­tan­er, l’homme qui voulait s’agenouiller.

Il n’en demeure pas moins que la polémique née de deux « bavures » com­mis­es par des policiers cette semaine a totale­ment fait oubli­er une autre moti­va­tion de Gérald Dar­manin : celle de met­tre un terme à la sur­ex­po­si­tion mal­saine des policiers en ser­vice sur les réseaux sociaux.

Manifestation des clandestins place de la République : une opération des no border réussie à 100%

L’occupation le 23 novem­bre 2020 de la place de la République à Paris par des clan­des­tins a une nou­velle fois mis en lumière la maes­tria de l’extrême gauche dans l’utilisation de l’agit-prop, l’agitation et la pro­pa­gande. Car c’est bien la médi­ati­sa­tion que recher­chaient les mil­i­tants no bor­ders quand ils ont poussé les clan­des­tins à occu­per la place de la République et en y instal­lant une forêt très dense de tentes, au mépris de toutes les règles san­i­taires. Un signe ne trompe pas : le ban et l’arrière ban des médias nationaux étaient présents.

L’évacuation ordon­née par le fameux préfet de police Lalle­ment a don­né lieu à quelques bous­cu­lades savam­ment relayées par les médias de grand chemin. Un motif en or pour s’apitoyer sur les « exilés » et autres « réfugiés ». Manque de chance, quand Le Parisien inter­roge l’un d’entre eux le 24 novem­bre, il s’agit d’un Afghan qui a séjourné plusieurs années en Suède, un pays qui n’a pas renou­velé son titre de séjour…On aura com­pris que la France est dev­enue le récep­ta­cle des déboutés du droit d’asile et des clan­des­tins de l’Europe entière…

Les images d’un polici­er faisant un croche-pied à un migrant parachevaient la mise en scène visant à faire des clan­des­tins des vic­times. Les con­séquences ont été immédiates :
— À grand ren­fort de pub­lic­ité, la min­istre déléguée au loge­ment annonçait que plus de 245 clan­des­tins étaient immé­di­ate­ment « mis à l’abri ».
— Le débat sur la « légitim­ité » du fameux arti­cle 24 de la loi sur la sécu­rité glob­ale était relancé.

C’est donc une séquence ron­de­ment menée de man­i­fes­ta­tion-répres­sion-indig­na­tion qui a totale­ment atteint l’objectif assigné par les mil­i­tants no bor­der. Une séquence com­plaisam­ment relayée par les médias de grand chemin qui se sont posés en dames patron­ness­es offusquées, une nou­velle fois à rebours de l’opinion majori­taire des Français pour qui l’évacuation des clan­des­tins était jus­ti­fiée, selon un sondage présen­té par CNews.

Un producteur pris à parti par des policiers : une véritable aubaine

Comme si cela ne suff­i­sait pas, les images du « pas­sage à tabac » selon Le Monde d’un pro­duc­teur de musique par des policiers le 21 novem­bre ont rapi­de­ment été dif­fusées sur les réseaux soci­aux. La scène a compt­abil­isé plusieurs mil­lions de vues.

Une nou­velle fois, les médias de grand chemin, à l’image du Monde le 27 novem­bre, cherchent les car­ac­téris­tiques les plus stéréo­typées : « trois policiers blancs (dis­tribuent) des coups de poing, de pied, de genou et de matraque à un homme noir qu’ils veu­lent inter­peller ». Le jour­nal apporte une nou­velle pré­ci­sion : « Tou­jours selon son témoignage, les policiers profèrent à son égard de nom­breuses insultes racistes. « Sale nègre ».

Un cast­ing et un sce­nario par­faits, presque à la George Floyd. Il n’en fal­lait pas plus pour en faire un scan­dale d’État et faire tanguer la majorité prési­den­tielle sur l’opportunité d’un arti­cle de loi pro­hibant la dif­fu­sion d’images de policiers.

Dès le 27 novem­bre, le prési­dent de la République réagis­sait sur Twit­ter :

« Les images que nous avons tous vues de l’agression de Michel Zecler sont inac­cept­a­bles. Elles nous font honte ».

Dans ce con­texte tour­men­té, les médias de grand chemin défen­dant le fameux arti­cle 24 de la loi de « sécu­rité glob­ale » étaient en ce dernier week-end de novem­bre bien rares :

  • Pour Slate, « l’article 24 vous effraie, atten­dez l’article 25 ».
  • La radio affil­iée à l’État français Fran­ce­In­fo donne la parole à un député Modem : « La preuve est faîte que cet arti­cle 24 n’ar­rive pas au bon moment ».
  • France cul­ture se pose sans détour la ques­tion de savoir si « la loi sur la sécu­rité glob­ale men­ace la démoc­ra­tie ».
  • Le Monde donne la parole à un juriste : « La France devient le pre­mier pays sécu­ri­taire de l’Union européenne ».
  • Le Figaro n’est pas en reste qui évoque « un pataquès politi­co-insti­tu­tion­nel qui lais­sera des traces dans la majorité ».

Une grille de lecture binaire

À ce stade, l’enchainement des événe­ments appa­rait comme opti­mal pour l’extrême gauche : des bru­tal­ités poli­cières qui per­me­t­tent de présen­ter des clan­des­tins en vic­times, des policiers vio­lents qui auraient proféré des insultes racistes, des images vidéo qui per­me­t­tent de filmer ces scènes et ont un rôle de garde-fou. S’il est pos­si­ble de s’écarter de cette lec­ture binaire des événe­ments, on ne peut pas dire que ce sont les médias de grand chemin qui nous y aident.

Les occupations illégales pour forcer les autorités à loger des clandestins

L’occupation illé­gale de la place de la République par des clan­des­tins téléguidés par des mil­i­tants no bor­der dans l’objectif d’une prise en charge n’est pas une nou­veauté. C’est même devenu un exer­ci­ce obligé : rechercher la lumière des pro­jecteurs braqués par les médias pour faire pres­sion sur un gou­verne­ment qui, dans tous les cas, choisit le social au détri­ment du régalien.

Pour ne don­ner qu’un exem­ple, en juin de cette année, plus de 70 « jeunes » clan­des­tins éval­ués majeurs occu­paient la place de la République. Une opéra­tion réussie puisqu’ « un site (d’hébergement NDLR) a été trou­vé » selon la mairie de Paris citée par Libéra­tion le 4 août.

Une indignation sélective

Médias, asso­ci­a­tions, peo­ple, députés et même le prési­dent de la République : ils ont été nom­breux à dénon­cer le « pas­sage à tabac » du pro­duc­teur de musique. Le croche pied con­tre un migrant place de la République a égale­ment été large­ment com­men­té et dénon­cé dans les médias de grand chemin.

Par con­tre, ces derniers ont été beau­coup plus dis­crets, voire muets, quand il s’agissait de dénon­cer les vio­lences poli­cières con­tre des gilets jaunes de la France périphérique. Comme le demande sans détours Fio­r­i­na sur le site Polémia, une jeune femme éborgnée lors d’une man­i­fes­ta­tion : « Pour avoir l’attention des médias et de l’IGPN, faut-il être immi­gré ? ».

La fabrique de victimes

L’observateur atten­tif aura com­pris que lors d’un emballe­ment médi­a­tique qui con­fine au lyn­chage, rares sont ceux qui oseront ne pas aller totale­ment dans le sens du courant.

Valeurs actuelles est bien seul à s’enquérir de ce que pensent les policiers au sujet de l’arrestation du pro­duc­teur de musique. L’article qui y est con­sacré donne quelques élé­ments de con­texte totale­ment passés sous silence par les autres médias, de nature à rel­a­tivis­er une lec­ture qui pour­rait être totale­ment binaire : gen­tille vic­time, méchants flics.

Su Face­book, M. L. com­mente deux cap­tures d’écran du pro­duc­teur de musique :

« À gauche Michel tabassé par la police. A droite le même Michel le lende­main chez Cyril Hanouna. Je sais bien que les maquilleuses font des mir­a­cles mais là… Plus fort que le vac­cin Covid il nous faut leurs secrets ».

Le con­tribu­teur d’Atlanti­co Nico­las More­au est tout aus­si acerbe :

« 15 000 policiers et gen­darmes blessés chaque année. 20 à 25 morts par an en opéra­tion. 50 sui­cides. Tous les médias s’en foutent. Par con­tre un gars se prend 6 jours d’ITT pour une inter­ven­tion qui dégénère et tous les médias hurlent à la dic­tature. Bouffons. »

Sur exposition sur les réseaux sociaux

C’était il y a qua­tre ans, un siè­cle à l’aune de l’actualité médi­a­tique mar­quée par des emballe­ments aus­si intens­es qu’éphémères. Un cou­ple de policiers était sauvage­ment assas­s­iné à Mag­nanville. L’islamiste qui a com­mis ce geste a dif­fusé les images de l’attentat sur son compte Face­book, une pub­li­ca­tion abjecte que des inter­nautes auront pu voir.

Le Parisien soulève dans un arti­cle du 9 novem­bre le prob­lème que pose la manie très prisée par les racailles de filmer les inter­pel­la­tions des délin­quants. Les images des policiers qui sont inter­venus sont ensuite rapi­de­ment dif­fusées sur les réseaux soci­aux, ce qui con­tribue à leur sur expo­si­tion et la mise en dif­fi­culté de leurs familles.

Un député LREM pointait début novem­bre sans le nom­mer Taha Bouhafs dans un Tweet, cité notam­ment par Valeurs actuelles :

« Les « jour­nal­istes » mil­i­tants, chas­seurs d’images anti-police, sont con­tre le pro­jet de loi #Secu­rite­Glob­ale. Ils sont con­tre le fait de mas­quer le vis­age d’un polici­er, par­fois père ou mère de famille. Je m’interroge donc sur leurs inten­tions. #Jesou­tienslapo­lice #police ».

Il est vrai que Taha Bouhafs, faux jour­nal­iste et vrai mil­i­tant, ne manque pas une occa­sion pour créer le buzz en fil­mant les sit­u­a­tions où il est « en con­tact » avec la police.

Tous ces élé­ments de con­texte devaient être rap­pelés après la folle semaine autour de la loi de sécu­rité glob­ale de cette fin de mois de novem­bre. Elle nous aura mon­tré toute la maes­tria de l’extrême gauche pour fab­ri­quer des vic­times et par­venir à ses fins, l’accueil incon­di­tion­nel des clan­des­tins, la per­pétuelle mise en accu­sa­tion de la police. Pen­dant ce temps, la ques­tion tant des vio­lences poli­cières qui doivent pou­voir être filmées et dénon­cées, mais égale­ment de l’instrumentalisation d’images de policiers par des racailles et autres pseu­do jour­nal­istes mais vrais com­mu­nau­taristes, reste entière. Une ligne de crète dont, à l’heure où ces lignes sont écrites, on ne sait pas com­ment le gou­verne­ment se sor­ti­ra : aban­don en rase cam­pagne ou adop­tion par les députés du fameux arti­cle 24 de la loi de sécu­rité globale.

Quant à savoir si les lois actuelles, sou­vent inap­pliquées, sont suff­isantes pour réprimer les excès liés à la dif­fu­sion d’images de policiers, c’est une autre histoire…

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.