Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un reportage de France 2 scandalise la Serbie

29 mai 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Un reportage de France 2 scandalise la Serbie

Un reportage de France 2 scandalise la Serbie

Un reportage de 7 minutes 30 diffusé au JT de 20H sur France 2 en mars dernier a crée le scandale en Serbie qui accuse la chaîne de l’avoir trafiqué.

Le reportage por­tait sur le traf­ic d’armes entre la France et les Balka­ns, et par­ti­c­ulière­ment le traf­ic de Kalach­nikov, « l’arme favorite du ban­ditisme français » qui proviendraient selon Franck Genauzeau, l’auteur du reportage, à « 95% » des Balka­ns où elles ont été pro­duites « à des mil­lions d’exemplaires pen­dant les guer­res des années 90 ». Deux trafi­quants, « bien con­nus dans le milieu du grand ban­ditisme serbe » témoignaient, vis­age masqué, détail­lant leur com­merce et finis­sant par faire une démon­stra­tion de tir devant la caméra. Sur une table, deux pis­to­lets et une Kalach­nikov. Au mur un dra­peau serbe en évi­dence.

Problème : le quotidien serbe Blic affirme aujourd’hui que les deux trafiquants sont des délinquants payés par les journalistes pour jouer aux trafiquants d’armes…

Après la dif­fu­sion du reportage, la police se serait en effet mis en chas­se et aurait décou­vert le pot-aux-ros­es. « Il ne s’agit pas de trafi­quants, mais de crim­inels qui ont fait tout cela pour de l’argent », a déclaré le respon­s­able de la lutte con­tre le crime organ­isé au min­istère de l’Intérieur serbe. L’un des « trafi­quants » serait le cousin du fixeur du jour­nal­iste de France 2 et aurait lui-même fait appel à un ami pour qu’il se joigne au tour­nage. Ce dernier, Zarko Blago­je­vic, aurait même emprun­té de l’argent aux jour­nal­istes pour acheter un fusil d’assaut, afin de faire plus sérieux… Les deux hommes auraient touché 800 euros pour leur presta­tion par­faite­ment scé­nar­isé. D’après Blic, ce sont en effet les jour­nal­istes qui auraient écrit les répons­es que les faux trafi­quants ont réc­ité devant la caméra… Et ce sont égale­ment eux qui auraient insisté pour avoir le dra­peau de la Ser­bie au pre­mier plan et qui, n’en trou­vant pas, auraient finale­ment accroché au mur un tee-shirt aux couleurs de la Ser­bie.

L’affaire scan­dalise les Serbes qui se sen­tent salis. Elle vient du reste de pren­dre une autre ampleur depuis que le min­istre des Affaires étrangères serbe s’est exprimé sur le sujet en début de semaine. Ivan Mrkic a en effet déclaré qu’« une expli­ca­tion serait demandée à la France » et que son min­istère exam­in­erait le dossier en détail.

Con­tac­té par Le Cour­ri­er des Balka­ns, Franck Genauzeau, le jour­nal­iste incrim­iné, « réfute en bloc toutes les accu­sa­tions ». Infor­mée de l’affaire ce lun­di, France 2 sou­tient son jour­nal­iste et devrait prochaine­ment s’exprimer sur le sujet.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision