Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un Renaud Camus peut en cacher un autre. Première partie
Publié le 

2 décembre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Un Renaud Camus peut en cacher un autre. Première partie

Un Renaud Camus peut en cacher un autre. Première partie

Il n’y a qu’un seul écrivain Renaud Camus, dont les prises de position choquent assez les médias convenus pour être régulièrement rappelées chaque fois qu’un tueur ou terroriste autre que musulman, une petite minorité à l’échelle du monde, comparativement aux meurtres de masse en cours, assassine quelqu’un. Un seul écrivain mais en cas de portraits, il semble qu’il y ait plusieurs Camus. Tout est dans la présentation. Illustration avec Le Monde et Valeurs Actuelles.

Renaud Camus pub­lie un nou­veau livre, Le petit rem­place­ment, chez Pierre-Guil­laume de Roux édi­teur. L’homme est affa­ble et tout sauf dan­gereux, chaque jour­nal­iste qui le ren­con­tre en con­vient, car main­tenant des jour­nal­istes vont le voir, ce qui ne fut pas tou­jours le cas, l’écrivain et l’homme ayant été rejetés au rang des pes­tiférés à la fin des années 90 du siè­cle passé. C’était une autre époque : Renaud Camus était une idole du monde lit­téraire dom­i­nant de gauche (comme si un monde lit­téraire dom­i­nant de droite était pos­si­ble en France), fai­sait la Une du Monde des Livres ou du Mag­a­zine Lit­téraire pour cette sim­ple rai­son qu’il était con­sid­éré comme l’un des meilleurs écrivains Français, le plus grand peut-être de l’époque, défenseur d’une langue française en cours de trans­mu­ta­tion, ce que ces médias ne voy­aient pas encore, de la civil­i­sa­tion européenne, déjà, du fait de son style, ce que ces médias ne pou­vaient pas encore voir. Pourquoi ?

Aux origines du mal : Paris, années 90.

Pour com­pren­dre la sit­u­a­tion actuelle de Renaud Camus, et l’impact que ses idées ont dans les médias, il faut revenir aux années 90 du 20e siè­cle. Ne par­lant pas encore de poli­tique, ne prê­tant pas le flanc à une attaque con­cer­nant des idées liées à des pop­u­la­tions exogènes, ne par­lant pas plus de com­mu­nautés religieuses, Camus cochait beau­coup de cas­es alors on l’aimait bien, comme celle-ci : il pub­lia trash, un livre por­tant sur sa pro­pre vie et son homo­sex­u­al­ité — car­ré­ment cru, comme livre. Le lecteur y voy­ait très clair. Il était alors inter­dit de le dire et même de le penser mais réus­sir sur la scène lit­téraire était plus aisé quand l’on était homo­sex­uel que le con­traire.

Deux coups de fil ont par exem­ple suf­fit à la rédac­tion de l’OJIM pour recueil­lir des témoignages affligeants dans ce domaine. Le pre­mier, de la part d’un écrivain alors débu­tant et main­tenant cinquan­te­naire qui, jeune trente­naire, était en rela­tions avec un cri­tique lit­téraire du Monde au milieu des années 90. Le cri­tique était de tal­ent mais n’était pas un grand écrivain, même s’il pub­li­ait des romans et des recueils de nou­velles, il était cepen­dant celui par qui entr­er dans le milieu, le temps d’une pre­mière petite recen­sion dans les pages du Monde des Livres alors dirigé par la papesse du Paris lit­téraire Josyane Sav­i­gneau. Cette dernière était faiseuse d’écrivains renom­més ou tueuse de car­rière, sa pro­fes­sion cachée. Le pre­mier, Hugo Marsan, ancien rédac­teur en chef de Gai Pied puis tout naturelle­ment Offici­er de l’Ordre des Arts et des Let­tres en 2012 est sor­ti des radars. La sec­onde offi­cie encore un peu, jouant de son influ­ence demeurée vivace quoiqu’en chute libre. Les deux étant aus­si homo­sex­uels, ce qui est de notoriété publique, assumés, et n’est heureuse­ment. aucune­ment inter­dit, Cha­cun est libre de sa sex­u­al­ité. Mais il en va du sexe comme de toute chose, ce n’est pas cen­sé servir à des fins de pou­voir. Ren­dez-vous fut donc pris par le jeune écrivain, notre pre­mier témoin des années 90, avec le cri­tique Hugo Marsan, chez ce dernier. Le cri­tique accep­ta le livre (pre­mier roman juste paru), l’écrivain fit mine de ne pas com­pren­dre à quoi pou­vait servir la liseuse con­fort­able sur laque­lle le cri­tique était allongé et l’on en res­ta là. Défini­tive­ment.

Sec­ond témoignage, celui d’un jeune édi­teur dont la petite mai­son située en province démar­rait fort dans la pre­mière décen­nie du 21e siè­cle. Ne man­quait plus qu’un coup de pouce de l’équipe du Monde des Livres. Ren­dez-vous fut donc pris dans un restau­rant ital­ien con­nu de Saint-Ger­main des Prés, aux frais de l’éditeur et du patron financier de la mai­son bien sûr, le jour­nal­iste lit­téraire de gauche appré­ciant l’invitation. Le hasard voulut que ce dernier fût vêtu à l’italienne années 50, le pre­mier tout en noir, cheveux rasés, jeune. On aurait dit, mais ce n’était pas voulu, une sorte de cou­ple. Le repas fut char­mant en com­pag­nie de Josyane Sav­i­gneau et d’un autre mem­bre alors influ­ent du Monde Jean-Luc Bar­ré. Méprise, l’éditeur et son patron furent pris pour mem­bres de la com­mu­nauté LGBT, ce qu’ils n’étaient pas, et le ren­dez-vous fit flop, mal­gré forts ser­rages de mains, bis­es et promess­es.

En ce temps-là, Renaud Camus, à son corps défen­dant, béné­fi­ci­ait de la sex­u­al­ité ambiante du milieu lit­téraire parisien. Pata­tras ! Renaud Camus pub­lie alors un ouvrage chez Fayard com­por­tant quelques lignes immé­di­ate­ment accusées d’être anti­sémites et par exten­sion la même accu­sa­tion est portée con­tre l’auteur. Renaud Camus a mis à dis­po­si­tion les doc­u­ments relat­ifs à cette affaire sur inter­net. Il indi­quait en réal­ité le fait que la majorité (50 % + 1) des inter­venants des émis­sions con­sacrées à la lit­téra­ture sur France Cul­ture fussent juifs. Le voici donc « anti­sémite », ban­ni du monde des let­tres etc. Et même qual­i­fié de « traître homo­sex­uel » par des mem­bres fon­da­teurs d’Act up. Quelques lignes vite inter­prétées avaient suf­fi. Avec le temps, beau­coup de choses ont été reprochées à Renaud Camus, mais plus trop l’antisémitisme — ce qui suf­fi­rait prob­a­ble­ment à dégon­fler la bau­druche de l’époque.

Par con­tre, de l’écrivain, Le Monde n’aime pas le « Grand Rem­place­ment ».

À SUIVRE

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision