Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste du Monde menacé par la mafia corse ?
Pub­lié le 30 août 2014 | Éti­quettes : , ,

Un journaliste du Monde menacé par la mafia corse ?

Gérard Davet, journaliste d'investigation au journal Le Monde, a reçu une lettre de menace suite à un article concernant Michel Tomi, présenté comme le dernier parrain corse.

« La justice sur la piste du "parrain des parrains" » : ainsi est intitulé l'article en cause. Dans celui-ci, le journaliste évoque les liens supposés entre l'homme d'affaires et supposé parrain corse Michel Tomi et le président malien, Ibrahim Boubacar.

M. Tomi, à la tête d'un empire industriel en Afrique, a été mis en examen pour corruption d'agent public étranger, faux et usage de faux, abus de confiance, recel d'abus de bien social, complicité d'obtention indue d'un document administratif et travail dissimulé…

Suite à cet article, présentant la situation, Gérard Davet a été menacé directement ainsi que sa famille. « Il a reçu à son domicile une lettre de menaces, relative notamment à son travail d'investigation mené avec notre collaborateur Fabrice Lhomme sur les affaires corso-africaines », explique le quotidien du soir. Contacté par l'AFP, Gérard Davet a expliqué que les menaces faisaient référence « très précisément » à l'article du 28 mars.

Voir notre infographie du journal Le Monde

Crédit photo : Turb via Wikimédia (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux