Accueil | Actualités | Médias | Un journaliste déballe son patrimoine face à Henri Guaino
Pub­lié le 31 juillet 2014 | Éti­quettes :

Un journaliste déballe son patrimoine face à Henri Guaino

Henri Guaino n'aime pas qu'on l'interroge sur ce qu'il gagne. Mais alors que ce débat revient dans l'actualité suite aux déclarations de patrimoine des élus, un journaliste de Sud Radio a tenté le coup.

Alors qu'il recevait jeudi 24 juillet le député des Yvelines, l'animateur de la station a posé la question qui irrite : « Si vous n'avez rien à cacher, pourquoi ne déclarez-vous pas, ce matin sur Sud Radio, ce que vous allez déclarer sur internet dans la journée ? » Agacé, Henri Guaino a maintenu ses positions sur le sujet : « Parce que je n'ai rien à cacher au fisc, rien à cacher à une commission de contrôle, mais j'ai à cacher ce que j'ai envie de cacher à mes voisins, à mes concitoyens, à mes amis. Franchement, est-ce qu'on a demandé aux journalistes de faire une déclaration d'intérêts ? »

Réponse immédiate du journaliste : « Ah bah moi on peut le faire y a pas de soucis. » Et l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy de le prendre au mot, sur un ton autoritaire : « Très bien, faites le tout de suite ! Affichez ! »

« Très bien, mon appartement à Paris, ma maison familiale à Bordeaux, vous savez tous », répond l'animateur, confiant. « Je voudrais que tous vos collègues, avant de m'interroger sur les revenus des parlementaires, sur les indemnités, je voudrais que chacun de vos collègues, avant chaque émission, avant d'interroger un politique, dise combien il gagne, qui le paye. Vous allez voir, ça va être passionnant ! Et vous croyez que la démocratie va y gagner autre chose ? », rétorque Guaino.

« Vous, vous êtes élu, pas nous ! Vous êtes un homme public ! », lui répond l'intervieweur. Mais Guaino, sûr de son bon droit, conclut la conversation en expliquant qu'il n'a « pas choisi de (se) déshabiller ». Fin du suspens.

Crédit photo : anfad via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This