Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
ProRussiaTV : les journalistes sont-ils des « collabos » ?
Publié le 

8 mars 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | ProRussiaTV : les journalistes sont-ils des « collabos » ?

ProRussiaTV : les journalistes sont-ils des « collabos » ?

C’est la question provocatrice que pose un reportage de ProRussiaTV. Si l’adjectif utilisé est certainement excessif, il n’en reste pas moins que la question est pertinente : ne serait-ce pas une certaine proximité idéologique avec le pouvoir en place, voire un manque total d’indépendance dans le traitement de l’information, qui expliquerait cette hostilité croissante de la population à l’égard des journalistes ?

Citant la grande enquête sur les médias que La Croix effectue depuis dix ans, Claude Chol­let, prési­dent de l’Ojim, rap­pelle que l’image des médias et des jour­nal­istes se dégrade d’année en année. Voilà pour les faits, con­fir­mé par les images désor­mais habituelles de jour­nal­istes molestés par des man­i­fes­tants de tout bord poli­tique.

Quant à l’explication de ce « désamour », le jour­nal­iste Dim­itri de Kochko y voit la con­séquence de la pen­sée unique et l’absence de var­iété dans les opin­ions et les analy­ses pro­posées, même s’il souligne que le méti­er con­tin­ue par ailleurs para­doxale­ment de fascin­er les jeunes. Pour Jean-Yves Le Gal­lou, prési­dent de la fon­da­tion Polémia, il y a certes une pen­sée unique mais il y a surtout le fait que cer­tains jour­nal­istes se font car­ré­ment les « com­plices » du pou­voir. Et de citer la manière dont Claire Chaz­al a récem­ment « mis en scène » une inter­view de Jean-Luc Mélen­chon bat­tant le pavé parisien, don­nant à penser qu’il y avait une foule der­rière lui quand une pho­to au plan élar­gi révélait que la claque n’était con­sti­tuée que d’une ving­taine de per­son­nes

Claude Chol­let pointe de son côté un « même air de famille » entre jour­nal­istes et poli­tiques et estime que ce désamour entre les médias et la pop­u­la­tion pour­rait bien venir d’une con­tra­dic­tion entre une indépen­dance théorique fière­ment revendiquée et l’exercice con­cret du méti­er, dont il appa­raît de plus en plus évi­dent qu’il est de con­nivence avec les poli­tiques. « C’est cette con­tra­dic­tion qui est très fer­me­ment con­damné par l’opinion publique et qui peut aller jusqu’à des ter­mes extrêmes comme jour­nal­istes col­la­bos par exem­ple… »

Un jeune jour­nal­iste de Sud Radio, Louis Morin, réfute quant à lui cette con­nivence, allant jusqu’à estimer que les ami­tiés journalistes/politiques « tirent vers le haut » la pro­fes­sion… Selon lui, la véri­ta­ble con­nivence con­sis­terait à « cacher » une infor­ma­tion, ce qui est selon lui impos­si­ble aujourd’hui avec Inter­net. C’est oubli­er un peu vite que la télévi­sion demeure la source d’information prin­ci­pale, pour ne pas dire exclu­sive, d’une majorité de nos conci­toyens. Si l’on ne peut en effet pas « cacher » totale­ment une infor­ma­tion à l’ensemble de la pop­u­la­tion, le choix de la met­tre en ouver­ture de JT ou de ne pas même l’évoquer déter­mine évidem­ment son impact sur la pop­u­la­tion. Imag­i­nons un instant cette scène : il est 20 heures, le jin­gle du JT de France 2 défile sur votre écran, la voix off de Pujadas récite : « Séisme poli­tique en Europe. L’agence européenne pour la ges­tion de la coopéra­tion opéra­tionnelle aux fron­tières extérieures (Fron­tex) annonce que l’immigration clan­des­tine dans l’Union européenne a bon­di de 48% en 2013 ». Voilà pour la séquence sci­ence-fic­tion. Dans la réal­ité, votre JT n’a évidem­ment pas dit un seul mot de cette infor­ma­tion tout à fait réelle… Priv­ilégi­er les con­séquences poli­tiques pos­si­bles d’une infor­ma­tion sur l’information elle-même : voilà peut-être égale­ment ce que les Français ne sup­por­t­ent plus.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision