Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT

Président de Sud Radio et de Lyon Capitale, Didier Maïsto est revenu pour TV Libertés sur sa mésaventure avec le CSA en 2011.

Alors qu’un appel à candidatures avait été lancé pour l’attribution de 6 fréquences TNT, le patron du puissant groupe Fiducial Medias avait déposé, le 18 octobre 2011, un dossier pour une chaîne de débats et de documentaires appelée « D-Facto ». Le but était de diffuser, chaque soir, un documentaire de qualité suivi d’un débat citoyen. Adossé à un groupe solide et porteur d’un projet sérieux, M. Maïsto avait alors reçu de belles promesses.

Finalement, aucune fréquence ne lui a été attribuée. Et pour cause : d’après ses dires, tout ceci n’était qu’un simulacre et l’affaire était pliée d’avance. Ainsi, avant même le jour de clôture officiel des dépôts, ce dernier connaissait déjà la liste des heureux gagnants parmi lesquels la chaîne RMC Découverte détenue par Alain Weill, pourtant déjà présent sur la TNT, et surtout Numéro 23, chaîne de la « diversité » dirigée par Pascal Houzelot.

Numéro 23, c’est une coquille vide qui n’a presque aucun salarié, seulement 11 000 euros de capital et qui se contente de rediffuser des séries Z à longueur de journée. Deux ans et demi plus tard, la chaîne est revendue au groupe de Patrick Drahi, dont la filiale média est désormais dirigée par… Alain Weill. Au final, pour Maïsto, il ne s’agissait là que d’une juteuse opération financière destinée à revendre à prix d’or une fréquence publique gratuite à un bénéficiaire connu à l’avance. Le tout avec l’aval du CSA, alors dirigé par Michel Boyon, nommé directement par Nicolas Sarkozy.

Dans son entretien à TVL, Didier Maïsto, qui a écrit un livre sur le sujet, revient sur cette affaire qui a montré de hautes autorités « indépendantes » totalement liées au pouvoir politique et économique.

Notre dossier complet sur l’affaire