Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT
Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT

27 septembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT

Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT

Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT

Président de Sud Radio et de Lyon Capitale, Didier Maïsto est revenu pour TV Libertés sur sa mésaventure avec le CSA en 2011.

Alors qu’un appel à can­di­da­tures avait été lancé pour l’at­tri­bu­tion de 6 fréquences TNT, le patron du puis­sant groupe Fidu­cial Medias avait déposé, le 18 octo­bre 2011, un dossier pour une chaîne de débats et de doc­u­men­taires appelée « D‑Facto ». Le but était de dif­fuser, chaque soir, un doc­u­men­taire de qual­ité suivi d’un débat citoyen. Adossé à un groupe solide et por­teur d’un pro­jet sérieux, M. Maïs­to avait alors reçu de belles promesses.

Finale­ment, aucune fréquence ne lui a été attribuée. Et pour cause : d’après ses dires, tout ceci n’é­tait qu’un sim­u­lacre et l’af­faire était pliée d’a­vance. Ain­si, avant même le jour de clô­ture offi­ciel des dépôts, ce dernier con­nais­sait déjà la liste des heureux gag­nants par­mi lesquels la chaîne RMC Décou­verte détenue par Alain Weill, pour­tant déjà présent sur la TNT, et surtout Numéro 23, chaîne de la « diver­sité » dirigée par Pas­cal Houzelot.

Numéro 23, c’est une coquille vide qui n’a presque aucun salarié, seule­ment 11 000 euros de cap­i­tal et qui se con­tente de red­if­fuser des séries Z à longueur de journée. Deux ans et demi plus tard, la chaîne est reven­due au groupe de Patrick Drahi, dont la fil­iale média est désor­mais dirigée par… Alain Weill. Au final, pour Maïs­to, il ne s’agis­sait là que d’une juteuse opéra­tion finan­cière des­tinée à reven­dre à prix d’or une fréquence publique gra­tu­ite à un béné­fi­ci­aire con­nu à l’a­vance. Le tout avec l’aval du CSA, alors dirigé par Michel Boy­on, nom­mé directe­ment par Nico­las Sarkozy.

Dans son entre­tien à TVL, Didi­er Maïs­to, qui a écrit un livre sur le sujet, revient sur cette affaire qui a mon­tré de hautes autorités « indépen­dantes » totale­ment liées au pou­voir poli­tique et économique.

Notre dossier complet sur l’affaire

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.