Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT

27 septembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT

Didier Maïsto revient sur le scandale de l’attribution des fréquences TNT

Président de Sud Radio et de Lyon Capitale, Didier Maïsto est revenu pour TV Libertés sur sa mésaventure avec le CSA en 2011.

Alors qu’un appel à can­di­da­tures avait été lancé pour l’at­tri­bu­tion de 6 fréquences TNT, le patron du puis­sant groupe Fidu­cial Medias avait déposé, le 18 octo­bre 2011, un dossier pour une chaîne de débats et de doc­u­men­taires appelée « D‑Facto ». Le but était de dif­fuser, chaque soir, un doc­u­men­taire de qual­ité suivi d’un débat citoyen. Adossé à un groupe solide et por­teur d’un pro­jet sérieux, M. Maïs­to avait alors reçu de belles promess­es.

Finale­ment, aucune fréquence ne lui a été attribuée. Et pour cause : d’après ses dires, tout ceci n’é­tait qu’un sim­u­lacre et l’af­faire était pliée d’a­vance. Ain­si, avant même le jour de clô­ture offi­ciel des dépôts, ce dernier con­nais­sait déjà la liste des heureux gag­nants par­mi lesquels la chaîne RMC Décou­verte détenue par Alain Weill, pour­tant déjà présent sur la TNT, et surtout Numéro 23, chaîne de la « diver­sité » dirigée par Pas­cal Houzelot.

Numéro 23, c’est une coquille vide qui n’a presque aucun salarié, seule­ment 11 000 euros de cap­i­tal et qui se con­tente de red­if­fuser des séries Z à longueur de journée. Deux ans et demi plus tard, la chaîne est reven­due au groupe de Patrick Drahi, dont la fil­iale média est désor­mais dirigée par… Alain Weill. Au final, pour Maïs­to, il ne s’agis­sait là que d’une juteuse opéra­tion finan­cière des­tinée à reven­dre à prix d’or une fréquence publique gra­tu­ite à un béné­fi­ci­aire con­nu à l’a­vance. Le tout avec l’aval du CSA, alors dirigé par Michel Boy­on, nom­mé directe­ment par Nico­las Sarkozy.

Dans son entre­tien à TVL, Didi­er Maïs­to, qui a écrit un livre sur le sujet, revient sur cette affaire qui a mon­tré de hautes autorités « indépen­dantes » totale­ment liées au pou­voir poli­tique et économique.

Notre dossier complet sur l’affaire

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).