Accueil | Actualités | Médias | Sud Radio pourrait perdre sa fréquence parisienne
Pub­lié le 21 février 2014 | Éti­quettes : ,

Sud Radio pourrait perdre sa fréquence parisienne

Faute d’audience suffisante, et à cause de à son statut ambigu entre station nationale et locale, Sud Radio pourrait perdre sa fréquence à Paris.

La station du Sud-Ouest, qui avait obtenu le droit d’émettre dans la capitale en 2011, risque de sa voir retirer cette fréquence. En 2011, le CSA lui avait accordé ce droit, provoquant les foudres de RTL, Europe 1 et RMC qui avaient dénoncé le fait qu’une station ne peut être locale en province et généraliste à Paris. Ces derniers avaient alors saisi le Conseil d’État.

Il y a une quinzaine de jours, le rapporteur public dudit conseil a rendu ses conclusions, rapportent Les Échos. Ce dernier préconise le retrait de la fréquence parisienne pour la station sudiste. En cause notamment, un décrochage local de deux heures par jour effectué par la station, alors que la loi n’autorise qu’une heure quotidienne. En outre, il convient de rappeler qu’un autre recours contre des fréquences de Sud Radio attribuées à Clermont-Ferrand, Limoges et Valence, contestées pour les mêmes raisons, avait été rejeté l’année dernière, par le Conseil d’État.

Mais cette fois, ce recours risque de passer. Et les audiences de la station à Paris ne plaideront pas en sa faveur. « Aujourd’hui, son audience, très faible, se situe en-dessous de 300 000 auditeurs, soit 0,6% d’audience cumulée. C’est peu pour une station dont le bassin de population couverte a été multiplié par trois atteignant 25 millions de personnes, grâce à l’obtention de sa fréquence parisienne », expliquent Les Échos.

Crédit photo : DR Sud Radio via Facebook

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This