Accueil | Actualités | Médias | Sud Radio pourrait perdre sa fréquence parisienne
Pub­lié le 21 février 2014 | Éti­quettes : ,

Sud Radio pourrait perdre sa fréquence parisienne

Faute d’audience suffisante, et à cause de à son statut ambigu entre station nationale et locale, Sud Radio pourrait perdre sa fréquence à Paris.

La station du Sud-Ouest, qui avait obtenu le droit d’émettre dans la capitale en 2011, risque de sa voir retirer cette fréquence. En 2011, le CSA lui avait accordé ce droit, provoquant les foudres de RTL, Europe 1 et RMC qui avaient dénoncé le fait qu’une station ne peut être locale en province et généraliste à Paris. Ces derniers avaient alors saisi le Conseil d’État.

Il y a une quinzaine de jours, le rapporteur public dudit conseil a rendu ses conclusions, rapportent Les Échos. Ce dernier préconise le retrait de la fréquence parisienne pour la station sudiste. En cause notamment, un décrochage local de deux heures par jour effectué par la station, alors que la loi n’autorise qu’une heure quotidienne. En outre, il convient de rappeler qu’un autre recours contre des fréquences de Sud Radio attribuées à Clermont-Ferrand, Limoges et Valence, contestées pour les mêmes raisons, avait été rejeté l’année dernière, par le Conseil d’État.

Mais cette fois, ce recours risque de passer. Et les audiences de la station à Paris ne plaideront pas en sa faveur. « Aujourd’hui, son audience, très faible, se situe en-dessous de 300 000 auditeurs, soit 0,6% d’audience cumulée. C’est peu pour une station dont le bassin de population couverte a été multiplié par trois atteignant 25 millions de personnes, grâce à l’obtention de sa fréquence parisienne », expliquent Les Échos.

Crédit photo : DR Sud Radio via Facebook

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux