Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Sud Radio pourrait perdre sa fréquence parisienne
Publié le 

21 février 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Sud Radio pourrait perdre sa fréquence parisienne

Sud Radio pourrait perdre sa fréquence parisienne

Faute d’audience suffisante, et à cause de à son statut ambigu entre station nationale et locale, Sud Radio pourrait perdre sa fréquence à Paris.

La sta­tion du Sud-Ouest, qui avait obtenu le droit d’émettre dans la cap­i­tale en 2011, risque de sa voir retir­er cette fréquence. En 2011, le CSA lui avait accordé ce droit, provo­quant les foudres de RTL, Europe 1 et RMC qui avaient dénon­cé le fait qu’une sta­tion ne peut être locale en province et général­iste à Paris. Ces derniers avaient alors saisi le Con­seil d’État.

Il y a une quin­zaine de jours, le rap­por­teur pub­lic dudit con­seil a ren­du ses con­clu­sions, rap­por­tent Les Échos. Ce dernier pré­conise le retrait de la fréquence parisi­enne pour la sta­tion sud­iste. En cause notam­ment, un décrochage local de deux heures par jour effec­tué par la sta­tion, alors que la loi n’autorise qu’une heure quo­ti­di­enne. En out­re, il con­vient de rap­pel­er qu’un autre recours con­tre des fréquences de Sud Radio attribuées à Cler­mont-Fer­rand, Limo­ges et Valence, con­testées pour les mêmes raisons, avait été rejeté l’année dernière, par le Con­seil d’État.

Mais cette fois, ce recours risque de pass­er. Et les audi­ences de la sta­tion à Paris ne plaideront pas en sa faveur. « Aujourd’hui, son audi­ence, très faible, se situe en-dessous de 300 000 audi­teurs, soit 0,6% d’audience cumulée. C’est peu pour une sta­tion dont le bassin de pop­u­la­tion cou­verte a été mul­ti­plié par trois atteignant 25 mil­lions de per­son­nes, grâce à l’obtention de sa fréquence parisi­enne », expliquent Les Échos.

Crédit pho­to : DR Sud Radio via Face­book

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision