Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Twitter désinforme en luttant contre la désinformation

3 septembre 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Twitter désinforme en luttant contre la désinformation

Twitter désinforme en luttant contre la désinformation

Accueil | Veille médias | Twitter désinforme en luttant contre la désinformation

Twitter désinforme en luttant contre la désinformation

3 septembre 2021

L’été est une saison propice aux transformations ou annonces discrètes, souvent négatives, de l’augmentation du gaz aux nouvelles limitations de vitesse en ville jusqu’au nouvel outil de censure de Twitter, déjà bien armé dans le domaine.

Une solide expérience de censeur

Twit­ter s’était déjà illus­tré lors des élec­tions améri­caines début 2020, en organ­isant une com­mu­nauté de soi-dis­ant fact-check­ers, jour­nal­istes, tous libéraux lib­er­taires de CNN au New York Times, au Wash­ing­ton Post et alia, pour « sig­naler les infox des politi­ciens améri­cains ». En réal­ité pour favoris­er à tout prix la can­di­da­ture Biden en cachant entre autres les frasques poli­tiques et économiques de Biden Junior.

Nous avons pub­lié nom­bre de papiers sur le sujet, voir en par­ti­c­uli­er notre arti­cle de jan­vi­er 2021 sur le fon­da­teur de Twit­ter Jack Dorsey. En jan­vi­er 2021 pré­cisé­ment Twit­ter présen­tait le pro­jet Bird­watch (l’oiseau – le bleu, celui de Twit­ter – sur­veille), qui per­me­t­tait à un util­isa­teur d’adjoindre au tweet d’un tiers une anno­ta­tion inci­tant à la méfi­ance. Le sys­tème a été ampli­fié au print­emps de la même année pour les tweets liés au Covid19.

Coucou, le 17 août Twitter s’adresse à ses utilisateurs

C’est la trêve esti­vale, la mi-août et c’est en deux tweets dis­crets que Twit­ter annonce sa nou­velle fonc­tion­nal­ité qui per­met de sig­naler un tweet comme trompeur. Le sys­tème avait été déjà util­isé pour l’élection améri­caine de 2020 avec le com­men­taire sys­té­ma­tique « les élec­tions améri­caines n’ont jamais été entachées de fraude » pour les obser­va­teurs inqui­ets des manip­u­la­tions pos­si­bles sur les 71 mil­lions de bul­letins de vote par cor­re­spon­dance. Il est main­tenant élar­gi aux caté­gories san­té, poli­tique et autre. Cha­cun et cha­cune pour­ra sig­naler un « mau­vais tweet », les dénon­ci­a­teurs sont à la fête.

Le persoptique

La nou­velle fonc­tion­nal­ité sera testée aux États-Unis, Corée du Sud et Aus­tralie « avant de pass­er à l’échelle mon­di­ale à d’autres zones ». Ben­tham avait inven­té le panop­tique, une prison où un seul gar­di­en pou­vait en un coup d’œil sur­veiller des cen­taines de détenus. Twit­ter fait mieux, il invente (osons un néol­o­gisme) le per­sop­tique où cha­cun sur­veille cha­cun. Les Chi­nois vont ador­er, les Européens peut-être moins mais ils le subiront. Bien­v­enue dans la société de sur­veil­lance mon­di­ale et mer­ci l’oiseau pour cette nou­velle cage, peinte en bleu peut-être ?

Voir aus­si notre compte-ren­du du livre de Samuel Lau­rent sur Twit­ter, J’ai vu naître le mon­stre.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés