Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Twitter atteint une valeur de 9 milliards de dollars

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

30 janvier 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Twitter atteint une valeur de 9 milliards de dollars

Twitter atteint une valeur de 9 milliards de dollars

Temps de lecture : 2 minutes

Le réseau social Twitter vient d’obtenir un nouveau financement de la part de la plus importante société d’investissement américain, BlackRock, à hauteur de 80 millions de dollars soit moins de 1 % du capital. Donnant de plus en plus de gages de stabilité, Twitter atteint désormais une valeur de plus de 9 milliards de dollars.

À l’automne 2011, le site de microblog­ging avait réus­si a levé 10 fois plus, mais cet investisse­ment, bien moin­dre, de Black­Rock le crédi­bilise par la sim­ple présence de cet investis­seur con­sid­éré comme très sérieux. Les prin­ci­pales inter­ro­ga­tions con­cer­nant le mod­èle économique de Twit­ter tour­nent autour de son mod­èle pub­lic­i­taire. Le réseau social pro­pose en effet depuis deux ans des tweet, des « ten­dances » et des recherch­es spon­sorisés. Bien­tôt, grâce à son nou­v­el out­il vidéo – Vine –, Twit­ter pour­ra égale­ment s’appuyer sur l’affichage de pub­lic­ité dans les vidéos.

En 2012, Twit­ter a dégagé 141 mil­lions de dol­lars de chiffre d’affaire, selon Green­crest Cap­i­tal qui planche pour 2014 sur le fran­chisse­ment du mil­liard grâce notam­ment à une posi­tion priv­ilégiée sur les mobiles. Une intro­duc­tion en bourse est d’ailleurs prévue à cette date, mais à con­stater les exem­ples de Face­book ou encore Groupon (- 17 % et – 80 % depuis leur entrée sur le marché), c’est à se deman­der si les entre­pris­es inter­net n’ont pas tout à y perdre…