Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
[Rediffusion] Trump : les médias se trompent et vous trompent

28 décembre 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | [Rediffusion] Trump : les médias se trompent et vous trompent

[Rediffusion] Trump : les médias se trompent et vous trompent

[Red­if­fu­sion — arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 10/11/2016]

L’Ojim a déjà analysé dans plusieurs articles l’attitude des des médias dans la campagne présidentielle de 2016 qui a vu la victoire sans conteste du « cheval noir » (dark horse) Donald Trump. Sur plus de 200 quotidiens américains moins de 10 (et les plus petits) se sont déclarés pour Trump. Les européens regardent CNN mais savent ils que les journalistes démocrates y donnaient à l’avance ses questions à Hillary Clinton dans les débats ? ». L’Ojim reviendra avec un dossier fourni sur ces faits en Europe comme aux États-Unis mais vous livre de suite quelques analyses et réactions à chaud.

Dans le reg­istre bur­lesque citons Stéphane Benoit-Godet, rédac­teur en chef du Temps de Genève le quo­ti­di­en ultra con­formiste de la Suisse fran­coph­o­ne. Quelques qual­i­fi­cat­ifs pour Oba­ma : digne, intè­gre, n’a pas fail­li. Quelques épithètes char­mants pour Trump : sex­iste, xéno­phobe, bor­der­line (il y a d’excellents hôpi­taux psy­chi­a­triques en Suisse), dém­a­gogue, menteur, tricheur. Il manque pédophile et pyro­mane. Et de se lamenter « C’est la fin de l’ère du poli­tique­ment cor­rect ». Cet arti­cle a été – entre autres – com­men­té par Claude Chol­let fon­da­teur de l’Ojim dans un entre­tien à la radio russe Sput­nik. Le mal­heureux Godet boit la ciguë jusqu’à la lie et dans son stra­bisme voit dans une élec­tion ouverte « un choc ter­ri­ble pour la démoc­ra­tie ».

Plus mesuré et plus intéres­sant Romar­ic Godin dans la La Tri­bune souligne les effets des excès et des turpi­tudes de la « mon­di­al­i­sa­tion heureuse » chère aux Minc et aux Attali. « La mon­di­al­i­sa­tion finan­cière en accrois­sant la divi­sion du tra­vail au niveau mon­di­al a déser­ti­fié des régions entières sans pro­pos­er d’alternatives. Lorsqu’une usine ferme dans le Michi­gan, rien ne la rem­place réelle­ment ». La glob­al­i­sa­tion a engen­dré sen­ti­ment de déclasse­ment de la classe moyenne (celle qui vote Trump mas­sive­ment) et insécu­rité. Et de con­clure «  La défaite des élites est aus­si le signe que ces élites ne perçoivent pas les enjeux actuels ».

Dans une tri­bune à Breizh-Info le philosophe et essay­iste Alain de Benoist voit plus qu’une coïn­ci­dence entre les deux 9 novem­bre, celui du 9 novem­bre 1989 : chute du Mur de Berlin et le 9 novem­bre 2016 : élec­tion de Don­ald Trump. « Dans les deux cas, la fin d’un monde ». Au-delà de l’individu Trump que per­son­ne n’est obligé d’apprécier, « ce n’est pas le per­son­nage de Trump qui est impor­tant. C’est le phénomène Trump ». Les électeurs « ont d’abord voté con­tre un sys­tème dont Hillary Clin­ton, sym­bole pass­able­ment décati de la cor­rup­tion insti­tu­tion­nal­isée, don­nait une représen­ta­tion exem­plaire. Ils ont voté con­tre le « marig­ot de Wash­ing­ton », con­tre le poli­tique­ment cor­rect, con­tre George Soros et Gold­man Sachs ». Le com­men­ta­teur incite pour autant les européens à ne pas se faire trop d’illusions car « aucun gou­verne­ment améri­cain, inter­ven­tion­niste ou iso­la­tion­niste, n’a jamais été pro-européen ! ».

Dans Le Monde édi­tion spé­ciale daté du 10 novem­bre 2016 l’éditorial de Jérôme Fenoglio reprend les lamen­ta­tions de son con­frère du Temps. Trump c’est pêle-mêle nous citons : men­songe, racisme, sex­isme, xéno­pho­bie, « intel­li­gence dia­bolique » et fraude fis­cale. Pire il se serait félic­ité de ses « bons gènes européens » ce qui est con­damnable alors que célébr­er « l’afro améri­cain Oba­ma » est de bon aloi. Pour repren­dre l’expression du jour­nal­iste François Bous­quet « Big Oth­er rem­place Big Broth­er ». Le repen­tir sur les erre­ments des médias est là mais sous un mode dis­cret : une presse et des son­deurs qui « ne savent plus pren­dre le pouls de l’opinion ». Mais com­ment pré­ten­dre vouloir com­pren­dre l’opinion quand les manipulateurs/décodeurs du Monde sont là pour tor­dre le réel et moquer ceux qui ont osé par­ler d’une « pré­ten­due » faib­lesse physique d’Hillary Clin­ton… jusqu’à son malaise pub­lic.

Comme le souligne Gilles-William Gold­nadel dans un savoureux édi­to­r­i­al de l’hebdomadaire Valeurs Actuelles sur les justes colères « Sainte colère con­tre les médias arro­gants qui auront pro­tégé l’incompétente et fac­tice Hillary jusqu’au bout. Sainte colère con­tre les médias tricheurs qui n’ont même pas cri­tiqué cette col­lab­o­ra­trice de CNN qui a envoyé d’avance les ques­tions à Clin­ton avant un débat cru­cial ». Et con­clu­ant « La vic­toire de ce que les fauss­es élites appel­lent avec mépris « pop­ulisme » signe avant tout leur défaite. A tout pren­dre, il n’est pas inter­dit de préfér­er le pop­ulisme de son peu­ple, à ceux qui préfèrent impos­er le pop­ulisme de l’Autre. » Amen.

Crédit pho­to : Gage Skid­more via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.