Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Trump et les médias, le futur Berlusconi américain ?

11 novembre 2016

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Trump et les médias, le futur Berlusconi américain ?

Trump et les médias, le futur Berlusconi américain ?

Silvio Berlusconi a toujours su utiliser les médias, les siens et ceux des autres. Trump a sorti de la spirale de la mort un parti républicain élitiste, condamné à ne jamais plus gagner l’élection présidentielle. Il a gagné plus de délégués au collège électoral que le Bush de 2004 au mieux de sa forme. Trump va-t-il à son tour bâtir un empire médiatique ?

Avec ses scan­dales auto-provo­qués, Trump s’est mithri­datisé pen­dant 18 mois, atten­dant les vraies attaques dont il se doutait qu’elles sor­ti­raient juste avant l’élection. En par­al­lèle, il a usé en anti­dote les médias soci­aux, qui ont tra­vail­lé le « panier des déplorables » méprisé par l’élite. En homme de guéril­la, il a pu ain­si cap­i­talis­er sur sa dia­boli­sa­tion, hyp­no­tis­er la base de son adver­saire, pour élec­tris­er les cols bleus, tout en se ral­liant les chré­tiens.

Les médias hypnotisés

Trump a hyp­no­tisé le pub­lic par la télévi­sion d’abord, les foules élec­trisées des ral­lyes devenant le mes­sage. Mais c’est par le tra­vail de ses « bolcheviques » des médias soci­aux, noy­au dur de la trumposhère (Breibart, the Drudge Report, Wash­ing­ton Times…) qu’il a pu ensuite dis­tiller le mes­sage dans l’immense ven­tre mou des « menchéviques » de la médi­acratie. Ain­si, Face­book et Twit­ter, idéologique­ment hos­tiles à Trump, ont été témoins en direct, sous leurs yeux, d’une vic­toire en ges­ta­tion qu’ils ne com­pre­naient pas.

Car les équipes de Trump ont sur­passé celles de Clin­ton quant à l’efficience de ces out­ils. Le 1er novem­bre, le site Decode indi­quait la supéri­or­ité de la force de frappe trumpi­enne grâce à son usage de « bots » mul­ti­pli­ant à l’infini ses mes­sages après chaque débat. Alors que CNN & co ten­taient d’influencer néga­tive­ment leurs spec­ta­teurs avant de les inter­roger « en direct » pour annon­cer une vic­toire post-débat de Clin­ton, les potach­es de la Trump Tow­er inondaient Twit­ter et Face­book, et pre­naient d’assaut les sondages inter­net, out­ils mal maitrisés par Clin­ton, pour propager celle de Don­ald Trump…

Citant une analyse faite le 1er novem­bre par le site fin­landais d’analyse de con­tenu EzyIn­sights, le blog améri­cain TNW décrit la maes­tria des (petites) équipes de la cam­pagne Trump, capa­bles d’écraser sur Face­book celles de Clin­ton : « …l’usage de la vidéo est un domaine où Trump excelle, en par­ti­c­uli­er lorsqu’il s’agit du direct… en octo­bre Trump a ain­si émis 33 fois en direct, con­tre 11 pour Clin­ton…. quant au matériel hors vidéo, Trump a util­isé une icono­gra­phie très en har­monie avec le con­tenu pop­u­laire de FB ». Prélude à une Trump TV ?

Le 9 novem­bre The Hill résumait la sit­u­a­tion sous la plume de Joe Con­cha : « Après le choc de cette soirée élec­torale, s’il y a une chose à retenir de ces 600 jours de cou­ver­ture médi­a­tique, c’est que les médias n’ont plus (et de loin) l’influence qu’ils croy­aient avoir ».

Vers une recomposition du paysage médiatique ?

Les télévi­sions ont pour l’instant prof­ité finan­cière­ment de cette élec­tion. CNN sem­ble par­ti, selon Joe Con­cha, pour réalis­er un prof­it d’un mil­liard de dol­lars cette année… au moment où AT&T présente une offre d’achat de plus de 100 mil­liards de dol­lars pour Time Warn­er, son pro­prié­taire.

Don­ald Trump s’était déclaré hos­tile à cette trans­ac­tion pen­dant la cam­pagne. Que va faire le prési­dent Trump ? For­tune con­firme, le 9 novem­bre : « le PDG d’AT&T, Ran­dall Stephen­son, aura peut-être besoin de révis­er sa stratégie ». Une stratégie qui visait ini­tiale­ment à com­bin­er Time Warn­er avec sa Direct TV (22 mil­lions d’abonnés) ain­si que AT&T U‑verse (4,8 mil­lions), afin de diver­si­fi­er les revenus et surtout de relancer les recettes pub­lic­i­taires. En cas de refus de la nou­velle Mai­son Blanche, Stephen­son devra se refo­calis­er sur des acqui­si­tions « numériques », garantes de recettes pub­lic­i­taires.

Ain­si Trump devient faiseur de rois et réor­gan­isa­teur d’un écosys­tème médi­a­tique assoif­fé de revenus pub­lic­i­taires. Joe Con­cha, per­spi­cace, rap­pelle en effet que Trump-le-prési­dent représente une chance inouïe pour les médias : « le bon côté de la chose est que les chaines câblées, tout comme la presse papi­er ou en ligne, vont béné­fici­er d’un prési­dent qui s’est avéré vache à lait du fait de ses indices d’écoute ou de lec­ture. Per­son­ne n’a fait aus­si bien que lui…». Les jour­nal­istes, angois­sés, se bous­cu­lent d’ailleurs pour faire par­tie de son corps de presse.

Vers Trump medias Inc ?

Il y a fort à pari­er que Trump va poli­tique­ment mon­nay­er son futur temps d’antenne… et ses quelques 60 mil­lions d’électeurs. Plus lourds que les 54 mil­lions d’abonnés de l’ensemble des chaines câblées, en diminu­tion con­stante depuis dix ans ! Les chaînes de télévi­sion toutes caté­gories et les jour­naux con­sta­tent ou prévoient un déclin inéluctable de leurs recettes pub­lic­i­taires : selon une analyse de décem­bre 2015 réal­isée par ZenithOp­ti­me­dia, leur part du réser­voir pub­lic­i­taire était de 37,7% en 2015 ; elle sera de 34,8% en 2018. La ponc­tion de la presse écrite, avec un lec­torat en déclin de 50 mil­lions de per­son­nes, passera de 12,8% à 10, 1%. En dol­lars con­stants, cette dernière voit ses revenus revenir à ceux de 1950 — 20 mil­liards de dol­lars — après avoir con­nu un pic de 60 mil­liards en 2000 (News Paper Asso­ci­a­tion of Amer­i­ca – trends mars 2012)

Il n’est donc pas sur­prenant de con­stater les récents change­ments d’actionnariat au Wash­ing­ton Post (con­trôlé depuis 2013 par Jeff Bezos fon­da­teur d’Amazon) comme au New York Times (le mex­i­cain Car­los Slim devenant le plus gros action­naire en 2015). Deux trumpophobes…

L’auteur de The art of The Deal, vache à lait des indices, a main­tenant des leviers de négo­ci­a­tion afin de se pré­mu­nir con­tre la féroc­ité médi­a­tique, au moment où le par­ti démoc­rate, sans porte-éten­dard, implose.

Mais, surtout, Trump a la pos­si­bil­ité con­crète de créer son pro­pre groupe médi­a­tique en con­tre-feu de tout sab­o­tage poli­tique ultérieur.

Prenons Bre­it­bart News, sou­tien de Trump. La société a été fondée en 2007 par Andrew Breibart (1960–2012), jour­nal­iste con­ser­va­teur cal­i­fornien qui a intro­duit, vu de droite, l’esprit agres­sif du jour­nal­isme d’investigation. L’entreprise a ensuite pris de l’expansion lorsque Steve Ban­non, idéo­logue anti-Soros, a pris les rênes à la mort de Breibart. Ban­non a souf­flé sur les brais­es d’une révolte qui sour­dait depuis le départ de Rea­gan (avec les épisodes Pat Buchanan, Newt Gin­grich, et Sarah Palin), sculp­tant son « Altright » (droite alter­na­tive anti­mon­di­al­iste, nation­al­iste, et pro-israéli­enne). Ceci fut d’une grande influ­ence sur Trump, qui con­fia la prési­dence de sa cam­pagne à Ban­non (lequel fait main­tenant par­tie de son équipe de tran­si­tion prési­den­tielle).

En octo­bre dernier, Bre­it­bart News a con­nu un traf­ic de 243 mil­lions de con­sul­ta­tions effec­tuées par 37 mil­lions de vis­i­teurs. Aujourd’hui le groupe se com­plète d’une radio et d’une télévi­sion sur inter­net, et dis­pose d’une équipe rédac­tion­nelle au Roy­aume-Uni et en Israël. La société envis­age main­tenant de s’implanter en France et en Alle­magne. Le Figaro du 10 novem­bre men­tionne l’attrait de Bre­it­bart pour le Front Nation­al.

Depuis l’été une rumeur cir­cule. Van­i­ty Fair, puis très récem­ment The Hill en on fait état. A l’instigation du mil­liar­daire cal­i­fornien Robert Mer­cer, fon­da­teur du fonds Renais­sance Tech­nolo­gies, de sa fille Rebekah qui dirige la fon­da­tion famil­iale et de Steve Ban­non lui-même, le gen­dre de Trump, Jared Kush­n­er, serait en train de rassem­bler les finance­ments pour lancer un groupe de médias. Ce groupe incluerait une chaine de télévi­sion câblée, con­ver­tis­sant ain­si les 60 mil­lions d’électeurs de Trump en clien­tèle cap­tive.

Ce qui viendrait à point nom­mé : Fox News, chaine com­mer­ciale­ment très per­for­mante, sem­ble déchirée depuis l’interventionnisme des fils Mur­doch dans la stratégie de l’entreprise. Le patron actuel de CNN, Jeff Zuck­er, sem­ble intéressé à pren­dre la direc­tion de la Fox, ce qui ferait fuir une par­tie de ses jour­nal­istes et édi­to­ri­al­istes, « acquis » au Trump­isme et fidèles de Roger Ailes le « patron viré » qui avait fait de Fox News un mir­a­cle des indices. Une aubaine pour un pos­si­ble « Trump médias Inc ». Une ressem­blance avec Berlus­coni ? Ce dernier a plus util­isé la poli­tique pour servir ses pro­pres intérêts économiques que l’inverse. Trump suiv­ra-t-il la même voie ou utilis­era-t-il ces médias en ges­ta­tion pour servir une poli­tique ? L’Ojim suiv­ra de près ce dossier dans les prochains mois.

Crédit pho­to : Tony­TheTiger via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.