Accueil | Actualités | Médias | Trop de cadres grassement payés chez France Télévisions
Pub­lié le 30 octobre 2016 | Éti­quettes : , ,

Trop de cadres grassement payés chez France Télévisions

Dans son nouveau rapport, la Cour des comptes s'est intéressée à la gestion de France Télévisions entre 2009 et 2015. Bilan : de nombreux points noirs et des réformes à engager.

Dans ce rapport, les magistrats invitent ainsi la direction à se pencher sur « le contenu effectif des postes occupés par les salariés les mieux rémunérés de l’entreprise ». En effet, 547 salariés du groupe public perçoivent un salaire supérieur à 8 000 euros bruts par mois, dont 191 bénéficient d'une rémunération supérieure à 120 000 euros annuels bruts. Aussi, le coût total des rémunérations supérieures à 96 000 euros annuels bruts s’élève à 69,6 millions d'euros, peut-on lire. Sur le modèle de ce qu'a fait la BBC, la Cour des comptes recommande donc à France Télévisions de réaliser un audit similaire afin d'évacuer ces doutes et de répondre à ces interrogations.

Plus loin, les magistrats s'en prennent à la gestion effectuée par la direction des ressources humaines pendant ces six dernières années. Une gestion « focalisée sur la conclusion de l’accord collectif » en 2013 mais qui aurait, en parallèle, laissé passer des « pratiques contestables », comme le sur-encadrement. Au sein du groupe public, le nombre de journalistes affectés à des fonctions de coordination et d’encadrement est de 26 % en 2015 par rapport aux journalistes de terrain. Le tout sur un effectif qui comptait, en 2014, 10 131 salariés.

Une « disproportion est encore plus marquée au sein de la direction de l’information où ils atteignent 40 %, dont 149 rédacteurs en chef ou rédacteurs en chef adjoint », souligne le rapport. Il y a ainsi trois fois plus de cadres chez France Télévisions, détenu à 100 % par l'État français, que dans les autres entreprises de l'hexagone…

Enfin, la Cour des comptes a également critiqué la politique éditoriale des différentes chaînes ainsi que le manque de rationalisation du réseau régional de France 3, bientôt voué à fusionner avec celui des radios France Bleu. En somme, le groupe public est sommé d'engager de grosses réformes sous peine d'être à nouveau rappelé à l'ordre par les magistrats.

Crédit photo : marsupilami92 via Flickr (cc)

Voir aussi

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This