Accueil | Actualités | Médias | Trop de cadres grassement payés chez France Télévisions
Pub­lié le 30 octobre 2016 | Éti­quettes : , ,

Trop de cadres grassement payés chez France Télévisions

Dans son nouveau rapport, la Cour des comptes s'est intéressée à la gestion de France Télévisions entre 2009 et 2015. Bilan : de nombreux points noirs et des réformes à engager.

Dans ce rapport, les magistrats invitent ainsi la direction à se pencher sur « le contenu effectif des postes occupés par les salariés les mieux rémunérés de l’entreprise ». En effet, 547 salariés du groupe public perçoivent un salaire supérieur à 8 000 euros bruts par mois, dont 191 bénéficient d'une rémunération supérieure à 120 000 euros annuels bruts. Aussi, le coût total des rémunérations supérieures à 96 000 euros annuels bruts s’élève à 69,6 millions d'euros, peut-on lire. Sur le modèle de ce qu'a fait la BBC, la Cour des comptes recommande donc à France Télévisions de réaliser un audit similaire afin d'évacuer ces doutes et de répondre à ces interrogations.

Plus loin, les magistrats s'en prennent à la gestion effectuée par la direction des ressources humaines pendant ces six dernières années. Une gestion « focalisée sur la conclusion de l’accord collectif » en 2013 mais qui aurait, en parallèle, laissé passer des « pratiques contestables », comme le sur-encadrement. Au sein du groupe public, le nombre de journalistes affectés à des fonctions de coordination et d’encadrement est de 26 % en 2015 par rapport aux journalistes de terrain. Le tout sur un effectif qui comptait, en 2014, 10 131 salariés.

Une « disproportion est encore plus marquée au sein de la direction de l’information où ils atteignent 40 %, dont 149 rédacteurs en chef ou rédacteurs en chef adjoint », souligne le rapport. Il y a ainsi trois fois plus de cadres chez France Télévisions, détenu à 100 % par l'État français, que dans les autres entreprises de l'hexagone…

Enfin, la Cour des comptes a également critiqué la politique éditoriale des différentes chaînes ainsi que le manque de rationalisation du réseau régional de France 3, bientôt voué à fusionner avec celui des radios France Bleu. En somme, le groupe public est sommé d'engager de grosses réformes sous peine d'être à nouveau rappelé à l'ordre par les magistrats.

Crédit photo : marsupilami92 via Flickr (cc)

Voir aussi

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.