Accueil | Actualités | Médias | Trierweiler en une de Paris Match, le journal qui l’emploie
Pub­lié le 30 novembre 2014 | Éti­quettes : ,

Trierweiler en une de Paris Match, le journal qui l’emploie

Suite à sa tournée dans les médias anglo-saxons durant laquelle elle enfonce le clou au sujet de son ex-compagnon François Hollande, Valérie Trierweiler s'est retrouvée en couverture de Paris Match. Un mélange des genres qui pour être désormais habituel n’en demeure pas moins étonnant.

Ce n'est en effet pas la première fois que la journaliste trône en une du magazine qui l'emploie depuis vingt-cinq ans. En septembre dernier, elle y figurait déjà après la parution de son livre Merci pour ce moment, dont Paris Match publiait les bonnes feuilles, surfant sur la popularité de sa journaliste.

« La journaliste est élevée par son magazine au rang de "Superstar" après la sortie de son livre en Italie et au Royaume-Uni », note L'Express. Sur les réseaux sociaux, la photo (prise par le Times) a fait beaucoup réagir.

L'utilisateur « Diradefo » se demande par exemple si la convention de Genève autorise « un tel usage de photoshop » quand le journaliste Thomas Vampouille, qui écrit pour Metronews, s'interroge ironiquement de son côté : « Quand est-ce que je fais la une de Metronews ? »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This