Accueil | Actualités | Médias | Thierry Ardisson reconverti en professeur de morale
Pub­lié le 3 novembre 2014 | Éti­quettes : ,

Thierry Ardisson reconverti en professeur de morale

Dans un entretien au journal Le Monde, Thierry Ardisson s'adonne à l'entre-soi et dresse la liste de ceux qu'ils ne veut plus voir sur ses plateaux.

S'il assure toujours, paradoxalement, qu'il aborde tous les sujets « sans langue de bois » et qu'il n'a « jamais fait de prêchi-prêcha », le monarchiste repenti a pourtant des limites. « En 2004, quand Dieudonné est devenu obsessionnellement antisémite, je l'ai viré de mon plateau. Je lui ai dit que je ne l'inviterai plus, comme Alain Soral », a-t-il expliqué. Et de poursuivre : « Je ne pense pas qu'il faille rajouter de l'huile sur le feu, le feu brûle déjà très bien tout seul. »

Alain Finkielkraut, lui-aussi, fait désormais partie de sa liste noire. « J'ai arrêté de le convier quand il a sorti que l'équipe de France de football était "black-black-black". Le marketing consiste à caresser le peuple dans le sens du poil pour faire de l'audience. Or à un moment il faut qu'il y ait une morale », a-t-il estimé.

Une morale qui, visiblement, n'est plus capable de se confronter aux vérités crues et ne tolère que l'infotainment policée pour heures de repas entre gens de bonne famille.

Il est bien loin le Thierry Ardisson « rebelle » et provocateur des années 90, aujourd'hui reconverti en bon professeur de morale télévisuelle et apôtre du politiquement correct.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This