Accueil | Actualités | Médias | Thierry Ardisson reconverti en professeur de morale
Pub­lié le 3 novembre 2014 | Éti­quettes : ,

Thierry Ardisson reconverti en professeur de morale

Dans un entretien au journal Le Monde, Thierry Ardisson s'adonne à l'entre-soi et dresse la liste de ceux qu'ils ne veut plus voir sur ses plateaux.

S'il assure toujours, paradoxalement, qu'il aborde tous les sujets « sans langue de bois » et qu'il n'a « jamais fait de prêchi-prêcha », le monarchiste repenti a pourtant des limites. « En 2004, quand Dieudonné est devenu obsessionnellement antisémite, je l'ai viré de mon plateau. Je lui ai dit que je ne l'inviterai plus, comme Alain Soral », a-t-il expliqué. Et de poursuivre : « Je ne pense pas qu'il faille rajouter de l'huile sur le feu, le feu brûle déjà très bien tout seul. »

Alain Finkielkraut, lui-aussi, fait désormais partie de sa liste noire. « J'ai arrêté de le convier quand il a sorti que l'équipe de France de football était "black-black-black". Le marketing consiste à caresser le peuple dans le sens du poil pour faire de l'audience. Or à un moment il faut qu'il y ait une morale », a-t-il estimé.

Une morale qui, visiblement, n'est plus capable de se confronter aux vérités crues et ne tolère que l'infotainment policée pour heures de repas entre gens de bonne famille.

Il est bien loin le Thierry Ardisson « rebelle » et provocateur des années 90, aujourd'hui reconverti en bon professeur de morale télévisuelle et apôtre du politiquement correct.

Crédit photo : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.