Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Suite à la charge d’Aphatie, Revel défend les paparazzi
Publié le 

1 mars 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Suite à la charge d’Aphatie, Revel défend les paparazzi

Suite à la charge d’Aphatie, Revel défend les paparazzi

Jusqu’au 9 juin prochain au centre Centre Pompidou de Metz, une exposition rend hommage aux « paparazzi-photographes, stars et artistes ».

Une expo­si­tion qui s’est attiré les foudres d’un cer­tain Jean-Michel Aphatie, défenseur acharné des « valeurs » du jour­nal­isme devant l’Éternel. « C’est une insulte aux valeurs que nous avons en com­mun. Le tra­vail mis à l’hon­neur par ce musée nation­al, c’est un tra­vail de voleurs de pho­tos que pra­tiquent des gens qui espi­onnent, qui fliquent et traque­nt des per­son­nal­ités con­nues, qui arrosent d’ar­gent des indi­ca­teurs sans morale, qui cor­rompent des gens faibles, qui mentent et truquent dès que ça sert leur petit com­merce. » Si cer­taines de ces éti­quettes pour­raient s’appliquer aux jour­nal­istes main­stream en général, c’est bien aux seuls paparazz­is qu’Aphatie s’en prend.

« Que la honte soit sur les organ­isa­teurs », a‑t-il lâché, soulig­nant par ailleurs le « machisme d’une telle expo­si­tion » qui con­sacre un car­ré réservé aux femmes traquées par les paparazz­is. « Lady Diana est dans cette expo­si­tion et elle est MORTE de cette traque des paparazz­is ! Et il y a un car­ré spé­cial pour nous présen­ter cela ! Des femmes traquées comme des bêtes, eh ben il y a un enc­los pour elles. C’est scan­daleux ! », s’emporte le jour­nal­iste dans sa chronique RTL.

Et celui-ci de con­clure par une réflex­ion sur le jour­nal­isme qu’il défend : « Il fau­dra bien un jour que l’on s’in­ter­roge sur le jour­nal­isme français et sur les valeurs qui sont les siennes. Au nom de la recherche de la vérité et du souci d’in­former, nous pou­vons vol­er des pho­tos, nous cachons des caméras, nous enreg­istrons des gens à leur insu et nous accu­sons sans preuve. Aucun corps de méti­er en France ne tra­vaille comme ça. Des ser­ruri­ers aux bouch­ers, vous pou­vez tous les pass­er. Il n’y en a pas un qui fait ça ! »

Une analyse que ne partage pas du tout son con­frère de L’Express, Renaud Rev­el, qui, sur son blog, prend la défense d’une pro­fes­sion jugée incom­prise. Le jour­nal­iste rap­pelle tout d’abord qu’il est « comme dans bien d’autres métiers, de médiocres et de mer­veilleux pho­tographes ». Des pho­tographes qui « livrent par­fois des instan­ta­nées qui en dis­ent bien plus que tous les reportages de la terre ».

Rev­el con­sid­ère que, dans sa charge con­tre ce méti­er, Aphatie a « tort » et qu’« il s’agit là, qu’on le veuille ou non, d’un tra­vail jour­nal­is­tique : bru­tal et intrusif, mais indis­pens­able ». Et ce dernier de pren­dre l’exemple de Paris Match : « Ses plus belles pages, Match les doit à cette pro­fes­sion, à l’époque où cet heb­do­madaire était au pina­cle, quand Daniel Fil­i­pac­chi et Roger Thérond en étaient les for­mi­da­bles patrons. Sans ces voleurs d’images, ce mag­a­zine mag­ique n’aurait jamais con­nu cette renom­mée, ni ce des­tin. Gar­dons rai­son donc et évi­tons les dis­cours défini­tifs. »

Dans le même genre, Renaud Rev­el revient sur l’affaire Hol­lande-Gayet par­tie, on le rap­pelle, d’une pho­to de paparazzi. « Que je sache, elles n’ont pas été bal­ayées d’un revers de la main par les médias, si je m’en réfère aux exégès­es à n’en plus finir qu’elles ont sus­cité », fait-il remar­quer, ajoutant que « même Jean-Michel Aphatie y par­tic­i­pa pleine­ment, en y appor­tant sa part de réflex­ion et de ques­tion­nement. Cohérence oblige : au nom de sa charge con­tre cette pro­fes­sion hon­nie, il aurait été plus logique qu’il se refuse à ren­tr­er même dans ce débat. »

Autre point de vue, autre réflex­ion sur le monde jour­nal­is­tique. Con­clu­ant son papi­er, Rev­el inter­pelle : « Que l’on ne vienne pas s’étonner si les français ont une si piètre opin­ion d’une pro­fes­sion qui vit en vase clos, s’entreglose et s’auto-congratule, dans des réflex­es de corps insup­port­a­bles. Où le tutoiement avec les poli­tiques va de soi. Où les liens dépassent sou­vent les sim­ples rela­tions de con­nivence. Où la trans­parence est un leurre. C’est cela dont crève ce méti­er, Jean-Michel ! Mais pas de quelques pho­tos de paparazz­is, dont il faut défendre l’existence. »

Voir notre portrait de Jean-Michel Aphatie, la politique sinon rien

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Le Répub­li­cain Lor­rain via Youtube

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision