Accueil | Actualités | Médias | StreetPress en difficulté financière
Pub­lié le 22 juin 2019 | Éti­quettes : , , ,

StreetPress en difficulté financière

En 2015, nous vous présentions StreetPress, un assez joli exemple de journalisme dit « de rue », version bobo caniveau. Malgré le soutien de riches sponsors, le média n’a pas trouvé sa place.

Un positionnement « banlieues/rap »

Alors que son fondateur Johan Weisz Myara vient de Radio Shalom et des milieux communautaires proches du quasi défunt PS, son positionnement marketing est résolument axé sur les minorités dites invisibles (souvent majoritaires dans certains quartiers ou certains départements). Articles sur les rappeurs de préférence noirs S-pion et 2MRSquaad , reportage sur les « quartiers d’Aulnay-sous-bois », pétition pour deux militants turcs menacés d’expulsion, Gamart, le « cavalier du 93 » etc. De quoi attirer le petit blanc bobo ou le militant antifa des beaux quartiers.

Riches sponsors et appel au peuple

De bonnes fées se sont penchés sur le berceau du bébé babacool : Xavier Niel lui-même, la fondation Open Society de George Soros, Vice, Arte, Neon, Ulule, la région Ile de France, So Press, sans que l’on puisse savoir qui donne quoi. Un financement est particulièrement amusant, celui de la Fondation Evens, organisation belge pour la « diversité » financée par des diamantaires belges.

Tout ce beau monde qui vit bien loin des banlieues rappeuses aide le jeune média, soutenu également par la presse économique comme le montre un article particulièrement flagorneur de Stratégies. Mais le modèle de « brand content » évoqué (qui n’est autre que de la publicité camouflée pour des marques) ne suffit plus, comme le dit le fondateur dans un appel aux dons sur le site.

Gageons que l’union féconde du capitalisme libéral, de quelques riches bobos et de généreux mécènes sauvera un média militant aussi avantageusement pour la fin des européens sur leur propre sol.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This