Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
StreetPress en difficulté financière

22 juin 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | StreetPress en difficulté financière

StreetPress en difficulté financière

En 2015, nous vous présentions StreetPress, un assez joli exemple de journalisme dit « de rue », version bobo caniveau. Malgré le soutien de riches sponsors, le média n’a pas trouvé sa place.

Un positionnement « banlieues/rap »

Alors que son fon­da­teur Johan Weisz Myara vient de Radio Shalom et des milieux com­mu­nau­taires proches du qua­si défunt PS, son posi­tion­nement mar­ket­ing est résol­u­ment axé sur les minorités dites invis­i­bles (sou­vent majori­taires dans cer­tains quartiers ou cer­tains départe­ments). Arti­cles sur les rappeurs de préférence noirs S‑pion et 2MRSquaad , reportage sur les « quartiers d’Aulnay-sous-bois », péti­tion pour deux mil­i­tants turcs men­acés d’expulsion, Gamart, le « cav­a­lier du 93 » etc. De quoi attir­er le petit blanc bobo ou le mil­i­tant antifa des beaux quartiers.

Riches sponsors et appel au peuple

De bonnes fées se sont penchés sur le berceau du bébé baba­cool : Xavier Niel lui-même, la fon­da­tion Open Soci­ety de George Soros, Vice, Arte, Neon, Ulule, la région Ile de France, So Press, sans que l’on puisse savoir qui donne quoi. Un finance­ment est par­ti­c­ulière­ment amu­sant, celui de la Fon­da­tion Evens, organ­i­sa­tion belge pour la « diver­sité » financée par des dia­man­taires belges.

Tout ce beau monde qui vit bien loin des ban­lieues rappeuses aide le jeune média, soutenu égale­ment par la presse économique comme le mon­tre un arti­cle par­ti­c­ulière­ment flagorneur de Straté­gies. Mais le mod­èle de « brand con­tent » évo­qué (qui n’est autre que de la pub­lic­ité cam­ou­flée pour des mar­ques) ne suf­fit plus, comme le dit le fon­da­teur dans un appel aux dons sur le site.

Gageons que l’union féconde du cap­i­tal­isme libéral, de quelques rich­es bobos et de généreux mécènes sauvera un média mil­i­tant aus­si avan­tageuse­ment pour la fin des européens sur leur pro­pre sol.

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision