Accueil | Actualités | Médias | Sale temps pour les documentaires à la télévision
Pub­lié le 1 juillet 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Sale temps pour les documentaires à la télévision

Lancées dans une course à l’audience, suite notamment à la multiplication des chaînes gratuites sur la TNT, les chaînes de télévision n’ont plus le temps pour les documentaires, au point d’honorer leurs quotas en remplissant les programmes nocturnes, constate une étude de la Société civile des auteurs multimédia (Scam).

Les documentaires pris en compte par celle-ci sont des documentaires « longs et de qualité », appelés « documentaires unitaires ». En tête du classement, et de loin, France 5 a diffusé en 2012 125 000 minutes de documentaires. Elle est suivie par Arte (72 000 minutes) et, une surprise, LCP-Public Sénat (52 000 minutes) grâce à sa politique de rediffusion intensive. France 3 (32 000 minutes), France 2 (28 000), TF1 (23 000), Canal+ (14 000) et M6 (3 000 seulement) viennent compléter le classement.

La Scam a fait part de sa « relative déception » concernant France 2 et ses pauvres 28 000 minutes, et a fait remarquer que c’était le « désert » en matière de documentaire sur les chaînes privées.

TF1, par exemple, occupe la triste place de la chaîne qui diffuse le plus ses documentaires la nuit, pour répondre à ses quotas, tout en les contournant. Ainsi la première chaîne d’Europe en a-t-elle diffusé 96 % en nocturne, de minuit à six heures ! France 2 fait de même avec trois quarts des diffusions la nuit. « Il n’est pas conforme à la mission du service public pourtant dynamique dans ses investissements que France Télévisions ait une politique de diffusion qui ne permette pas d’atteindre le public le plus large possible », a dénoncé la Scam.

Pour y remédier, la société civile a réussi à inspirer une réforme des aides au documentaire, que le CNC va prochainement étudier. « Les démarches artistiques et de production les plus ambitieuses seront favorisées grâce à une majoration du montant initial de soutien, fondée sur des critères tels que les efforts de développement réalisés par la société de production, le temps de fabrication de l'œuvre, le temps de montage ou la recherche de financements internationaux », a indiqué le Centre national du cinéma.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux