Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
#RugyGate : Les dîners de François de Rugy, au service de la promotion de sa femme journaliste à Gala

15 juillet 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | #RugyGate : Les dîners de François de Rugy, au service de la promotion de sa femme journaliste à Gala

#RugyGate : Les dîners de François de Rugy, au service de la promotion de sa femme journaliste à Gala

François de Rugy a‑t-il fait la carrière de sa nouvelle femme Séverine Servat aux frais des contribuables ? La question mérite d’être posée, alors que cette dernière, journaliste people à Gala, a déjà créé la polémique à plusieurs reprises, et le fait à nouveau, cette fois pour une série de dîners fastueux à l’hôtel de Lassay, lorsque de Rugy était président de l’Assemblée Nationale.

Le sèche-cheveux était doré sur tranche

Selon Le Parisien et Fran­ce­In­fo, d’autres frais posent ques­tion, notam­ment un sèche-cheveux doré à l’or fin (499 €), un appareil à raclette (200,57 €) rem­boursé par l’Assemblée Nationale ou un troisième chauf­feur mis à dis­po­si­tion du min­istre et de sa femme.

Lors des neuf dîn­ers fastueux, il y a eu une série de con­vives qui venaient du monde du jour­nal­isme. BFM en a dressé la liste : out­re Jean-Michel https://www.ojim.fr/portraits/jean-michel-aphatie/

Aphatie qui a regret­té sa présence après coup, il y avait « Serge Raffy ; le directeur de Fran­ce­in­fo, Alexan­dre Kara ; l’au­teur et reporter Guil­laume Dasquié ; l’écrivaine et jour­nal­iste Besma Lahouri ; le rédac­teur en chef du mag­a­zine Cap­i­tal François Gen­thiel, la prési­dente du direc­toire d’Arte France, Véronique Cay­la ; ou encore le jour­nal­iste Patrice Rome­denne, mais aus­si la pro­duc­trice Vanes­sa Djian et le réal­isa­teur Philippe Fau­con ».

Lady Gala et l’entre soi

Sou­vent appelée « Lady Gala » par ses col­lègues, Séver­ine Ser­vat de Rugy a ren­con­tré François de Rugy en 2017 et s’est mar­iée avec lui quelques mois après, le 16 décem­bre 2017 à la mairie du 7e arrondisse­ment de Paris. Après un DEA d’histoire et un mas­ter de com­mu­ni­ca­tion à l’ESCP, elle a inté­gré le ser­vice com­mu­ni­ca­tion de TF1 – où elle rédi­geait les dossiers de presse des émis­sions – puis fait des chroniques cul­turelles pour Radio Notre-Dame avant de rejoin­dre Gala il y a dix ans. Son appar­te­nance actuelle à la rédac­tion n’est pas claire.

Issue d’un milieu assez proche de François de Rugy, sinon endogamique, elle le recon­naît à Femme Actuelle : « La ren­con­tre, c’é­tait un peu un con­seil de classe ! On est d’un milieu assez proche ». Néan­moins, les nan­tais se sou­vi­en­nent d’un François de Rugy très sobre : « oh il était sobre, peut-être un peu trop. Il pre­nait tou­jours le plat ou le menu du jour, il mangeait pour pas cher », se rap­pelle le serveur d’un restau­rant où il avait l’habitude de venir lorsque sa per­ma­nence était au milieu de la rue Bel­lamy.

Séver­ine Ser­vat de Rugy a déjà provo­qué la polémique plusieurs fois. Notam­ment lorsque le déje­uner de son mariage avec François a eu lieu à l’hôtel de Las­say – mais ce dernier l’a payé lui-même. Puis quand elle a essayé d’interdire le roman d’Emilie Freche, nou­velle com­pagne du père de son enfant, l’ex-député social­iste Jérôme Guedj, en août 2018.

L’ancien député n’a pas hésité à sor­tir l’artillerie lourde alors : « Depuis des années, nous entretenons une rela­tion chao­tique qui s’est con­sid­érable­ment dégradée lorsque Séver­ine a appris que je partageais la vie d’Ém­i­lie. Elle m’a dès lors envoyé des cen­taines de tex­tos d’in­sultes et d’outrages à l’en­con­tre de ma nou­velle com­pagne » ; le cœur de la polémique était lié à la garde de l’enfant.

Elle a aus­si bien aimé – trop peut-être – les choco­lats de l’hôtel de Las­say, alors que son mari était prési­dent de l’Assemblée Nationale. Depuis qu’il est min­istre de l’écologie, c’est la réno­va­tion de leur apparte­ment privé à Paris qui crée la polémique : 33.000 € de pein­ture, presque 17.000 € pour un dress­ing énorme sur mesure, des mil­liers d’euros encore pour les par­quets, la moquette, la salle de bains, selon Medi­a­part.

Quant à ses sug­ges­tions de mode à Paris, elle sug­gèrent un « goût du lucre » fort dévelop­pé, entre les robes en soie des Petites, le sac Twist de Louis Vuit­ton (2700 € en bleu), le Mont Blanc chez Angeli­na, et des talons hauts chez Delage à Paris (pre­mier prix à 440 €). Bref, éco­lo peut-être, mais surtout tape-à‑l’œil et culte de l’entre-soi. Tout ce que les gilets jaunes et les Français aiment…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).