Accueil | Actualités | Médias | Roland Garros : Échec total pour l’appel d’offre de la FFT
Pub­lié le 16 octobre 2013 | Éti­quettes : , ,

Roland Garros : Échec total pour l’appel d’offre de la FFT

Alors que l’on attendait, au départ, une dizaine de candidats et une lutte acharnée faisant grimper les prix, l’appel d’offre de la Fédération française de tennis (FFT) pour la diffusion du tournoi de Roland Garros a finalement été un échec cuisant.

« Nous n'avons eu que deux offres », a fait part Gilbert Ysern, directeur général de la FFT, « une d'Eurosport, très loin du prix de réserve (15 millions d'euros, NDLR), une de France Télévisions, en deçà de la somme qu'ils payent aujourd'hui. » La chaîne qatarie BeInSport s’est en effet désintéressée de l’événement alors que la crainte était grande.

TF1 avait été la première chaine à jeter l’éponge, suivie récemment par M6. « On va essayer de comprendre pourquoi on a perdu dix candidats en route. On va revoir notre copie, on ne s'interdit rien », a relativisé M. Ysern. Il est à noter que la FFT, qui avait cette année divisé son offre en trois lots (l'un réservé aux chaînes gratuites, l'autre ouvert à toutes les chaînes et un troisième pour les mobiles), n’a finalement reçu aucune proposition d’une chaîne payante.

Cette formule en trois lots n’a d’ailleurs pas été respectée par France Télévisions, qui a fait une offre globale « qui n'est en rien cohérente », selon Gilbert Ysern, puisque inférieure au montant demandé.

Crédit photo : Passion Leica via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This