Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Rififi à Science&Vie et au groupe Reworld
Rififi à Science<span class="amp">&</span>Vie et au groupe Reworld

12 décembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Rififi à Science&Vie et au groupe Reworld

Rififi à Science&Vie et au groupe Reworld

Rififi à Science&Vie et au groupe Reworld

Reworld c’est un journalisme un peu particulier. Un journalisme avec le moins de journalistes possibles mais des agences de communication, du « brand advertising » c’est-à-dire notre bonne vieille publicité maquillée sous forme d’articles ordinaires alias les publireportages. Avec parfois des révoltes justifiées de journalistes.

Reworld, tout un monde

Mon­dadori c’était entre autres Clos­er, Télé Poche, Télé Star, L’Auto jour­nal, Auto plus, Biba, Grazia, Nous deux, Le Chas­seur français, Dia­pa­son, Pho­to, Sci­ences et vie etc. C’est l’ensemble de ce pôle qui a été ven­du à Reworld. Reworld c’est Marie France, Télé Mag­a­zine, Gour­mand, Vie pra­tique, Be, Auto Moto, Mai­son & Travaux, Pariscope, Le Jour­nal de la Mai­son, Cam­pagne Déco­ra­tion, Mon Jardin Ma Mai­son, Union, Auto Moto. Et quelques autres.

Un monde où la casse sociale et édi­to­ri­ale ne fait pas peur. La qua­si-total­ité des directeurs de pôles édi­to­ri­aux et des rédac­teurs en chef a fait jouer la clause de con­science. Une cinquan­taine de licen­ciements ont accom­pa­g­né ces départs volontaires.

Révolte à Sciences&Vie

Fin novem­bre 2020, plus de 80% des mem­bres de la rédac­tion votaient une motion de défi­ance con­tre la nou­velle respon­s­able Karine Zagaroli qui avait suc­cédé à Hervé Poiri­er. Ce dernier est par­ti après une rup­ture con­ven­tion­nelle, au moment où il esti­mait ne plus pou­voir pro­téger le pro­fes­sion­nal­isme de la rédaction.

Cette ten­sion suc­cé­dait à un bref mou­ve­ment de grève en sep­tem­bre. La rédac­tion, plus ou moins réduite de moitié entre départs via la clause de con­science et licen­ciements, s’inquiétait pour la qual­ité édi­to­ri­ale des con­tenus d’un mag­a­zine se ven­dant encore à plus de 180.000 exem­plaires. Les « chargés de con­tenus », non jour­nal­istes, moins payés, plus sen­si­bles aux sirènes pub­lic­i­taires, sauront-ils garan­tir cette qual­ité ? Si non, le lecteur risque de s’en apercevoir assez vite dans un domaine sci­en­tifique ou le manque de rigueur se voit plus facile­ment qu’ailleurs.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.