Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
RFI : Deux loyers à payer jusqu’en décembre !

8 octobre 2012

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | RFI : Deux loyers à payer jusqu’en décembre !

RFI : Deux loyers à payer jusqu’en décembre !

Selon Le Nou­v­el Obser­va­teur du 4 octo­bre 2012, le retard pris par le démé­nage­ment de Radio France inter­na­tion­al dans un nou­v­el immeu­ble où ont été réal­isés 14 mil­lions d’eu­ros de travaux (amor­tiss­ables sur plusieurs années) et dont le loy­er men­su­el équiv­aut à 460 000 euros va coûter cher à cette fil­iale (à 100 %) de l’or­gan­isme pub­lic français Société de l’Audiovisuel extérieur de la France. En effet, sur les 1 200 salariés qui doivent venir y tra­vailler, seuls 250 sont instal­lés. Les autres con­ti­nent à tra­vailler dans les anciens locaux dont il faut pay­er le loy­er, soit quelques 370 000 euros men­su­els. Et le démé­nage­ment n’au­ra prob­a­ble­ment pas lieu avant décem­bre 2012…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.