Accueil | Actualités | Médias | Marine Le Pen : « relents de bolchévisme » à France Inter
Pub­lié le 28 juin 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Marine Le Pen : « relents de bolchévisme » à France Inter

Ce mercredi 26 juin, Marine Le Pen était l’invitée de Patrick Cohen, l’homme à la « liste noire », dans la matinale de France Inter.

La présidente du Front National en a profité pour dire ce qu’elle pensait – et, selon elle, ce que beaucoup pensent également – de la station publique. Elle a estimé que son parti abritait différentes sensibilités, « contrairement à France Inter » qui présente « de vieux relents de bolchévisme ». « On vous appelle "Radio Bolcho" en dehors des studios. Et ce surnom dépasse le cercle du Front national », a poursuivi cette dernière.

Questionné par le Figaro, Matthieu Aron, le directeur de la rédaction de France Inter, a réagi aux accusations de Marine Le Pen : « C'est ridicule, je n'ai jamais entendu un tel surnom. Marine Le Pen se trouvait en difficulté et elle a fait une des sorties dont elle a l'habitude. Elle lâche une formule pour détourner l'attention des auditeurs. Il y a deux ans, nous étions Radio Sarko. Quand nous recevons Jean-Luc Mélenchon, on devient Radio Capitalo et Marine Le Pen nous qualifie de Radio Bolcho. Nous essayons juste de faire notre travail avec rigueur et sérieux. »

Pour information, on peut mettre cette pique de Marine Le Pen en parallèle avec les déclarations de Gérard Jugnot à la Radio Télévision Suisse le 26 novembre 2012. L’acteur avait alors confié qu’à l’époque, « si on n’avait pas la carte du parti communiste, on ne passait pas à France 3, on savait tous ça ».

Aussi, sur France Culture le 26 mai 2013, Bernard Pivot est allé dans ce sens en affirmant que « dans les années 70 on était obligé d’inviter un communiste dans chaque émission de débats ».

L’emprise des communistes sur les médias et le service public est-elle toujours effective ? Selon Marine Le Pen, cela ne fait aucun doute.

Crédit photo : logo France Inter (DR)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux