Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Réel : Neo bis ou mirage néocons ?

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

28 mars 2023

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Réel : Neo bis ou mirage néocons ?

Réel : Neo bis ou mirage néocons ?

Temps de lecture : 3 minutes

Après l’aventure Neo, le célèbre journaliste et entrepreneur Bernard de la Villardière lance Réel. Une nouvelle aventure pour ce baroudeur des médias. À peine arrivé sur les réseaux sociaux, le média tout numérique est déjà bien suivi sur les plateformes. Reste à amplifier le phénomène et à durer.

Des contenus originaux

Le 15 mars nais­sait Réel, un média numérique orig­i­nal dont l’arrivée était annon­cée depuis déjà quelques mois. L’entrepreneur médi­a­tique qu’est Bernard de la Vil­lardière envis­age un média « général­iste, tourné vers l’humain, qui met en valeur l’innovation, la sol­i­dar­ité et l’engagement, en France et à tra­vers le monde ».

Comme avec Néo, ce média s’inspire de la réus­site des for­mats courts de Brut, Kon­bi­ni ou encore Loop­sider en s’émancipant des lubies pro­gres­sistes de ceux-ci. Sur Sud Radio, le fon­da­teur explique la prox­im­ité avec ces médias tout en appor­tant une nuance : « pas de dénon­ci­a­tion, de l’innovation et du posi­tif ». Voulant éviter de tomber dans la polémique facile du temps présent, Réel fait donc le pari de pro­pos­er des con­tenus qui se veu­lent con­struc­tifs et suff­isam­ment orig­in­aux pour sus­citer l’intérêt.

Les pre­miers con­tenus sont promet­teurs : on retrou­ve notam­ment un jeune homme, Bastien, qui a créé une inter­face per­me­t­tant au cerveau de con­trôler des objets à dis­tance ou encore la prouesse d’un exosquelette qui vient en aide à des per­son­nes handicapées !

On trou­ve aus­si un peu d’écologie, mais d’une tonal­ité sym­pa­thique. Exit San­drine Rousseau et ses ciseaux et bon­jour Alexan­dre et sa forêt bre­tonne !

En moins d’une semaine, le média comp­tait déjà 129 000 abon­nés sur Face­book, 40 000 sur Tik­Tok. L’arrivée prochaine de Réel sur Insta­gram, Twit­ter et YouTube pour­ra don­ner un aperçu de la récep­tion du pub­lic pour ce nouveau-né.

Une identité à trouver

Se voulant plus axé sur les nou­velles tech­nolo­gies que Néo, le nou­veau média appa­raît aus­si comme plus poli­tisé. On retrou­ve notam­ment un con­tenu hos­tile à la République Islamique d’Iran, met­tant en scène le « col­lec­tif Iran Jus­tice », une struc­ture qui serait com­posée de 16 avo­cats dont 13 fran­co-iraniens. De quoi laiss­er penser que Réel pour­rait don­ner dans le néo-con­ser­vatisme ? Les posi­tions très mar­quées de la Vil­lardière lais­sent entrevoir que cela n’est pas impos­si­ble. Égale­ment très cri­tique vis-à-vis des opposants à la réforme des retraites, le fon­da­teur de Réel devra trou­ver le ton juste pour s’éviter les « bad buzz » et peut-être garder sa langue dans sa poche s’il veut touch­er le plus de monde possible…

À ces pro­pos très con­venus con­tre Téhéran s’ajoute un entre­tien avec l’explorateur Chris­t­ian Clot, un per­son­nage mar­qué à gauche qui vient ici par­ler du change­ment cli­ma­tique, avec un cer­tain tal­ent et loin des aboiements de Gre­ta Thun­berg. Pour com­pren­dre vers quelle voie s’engage Réel il s’agira de se pencher sur l’actualité qui devrait appa­raître tous les ven­dredis et qui pour l’heure s’avère sans saveur. Revendi­quant la pater­nité d’un « média mil­i­tant, écol­o­giste mais pas fon­da­men­tal­iste », s’opposant notam­ment au con­cept de « décrois­sance », la Vil­lardière a fait le choix de la clarté sur ce sujet au risque de se couper d’un poten­tiel public.

Visant la rentabil­ité à l’horizon 2025, Réel avait lancé quelques 1,3 mil­lion d’euros pour son lance­ment, béné­fi­ciant notam­ment des largess­es de Benoît Har­bert du groupe Das­sault. Pro­jet entre­pre­neur­ial autant que médi­a­tique, Réel entend s’appuyer essen­tielle­ment sur le « brand con­tent » (créa­tion de con­tenus favor­ables à une entre­prise, une mar­que). Aujourd’hui à mi-chemin entre Le Media Posi­tif et Neo, Réel va devoir se trou­ver une iden­tité pro­pre et con­quérir un public.