Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Bernard de la Villardière agressé à Sevran : le maire dénonce une « stigmatisation »
Bernard de la Villardière agressé à Sevran : le maire dénonce une « stigmatisation »

30 septembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Bernard de la Villardière agressé à Sevran : le maire dénonce une « stigmatisation »

Bernard de la Villardière agressé à Sevran : le maire dénonce une « stigmatisation »

Bernard de la Villardière agressé à Sevran : le maire dénonce une « stigmatisation »

Jeudi soir, M6 diffusait le premier numéro de « Dossier tabou », un nouveau magazine présenté par Bernard de la Villardière.

Con­sacré à l’is­lam, ce numéro avait pour objet d’aller à la ren­con­tr­er des musul­mans tout en met­tant en lumière les dérives com­mu­nau­taristes, notam­ment l’in­flu­ence de l’UOIF, con­sid­érée par cer­tains comme étant la branche française des Frères musulmans.

Alors qu’il inter­ro­geait un imam de Sevran en com­pag­nie de son équipe, Bernard de la Vil­lardière a été pris à par­tie par un groupe de jeunes de cité. Refu­sant la présence des jour­nal­istes dans « leur » quarti­er, les jeunes présen­tés comme un mélange de « salafistes et de deal­ers de drogue » ont insulté l’équipe de M6 avant de la dégager manu mil­i­tari, en ten­tant au pas­sage de dérober une caméra.


Les images de l’a­gres­sion de l’équipe de… par moran­di­ni

Stéphane Gatignon, le maire écol­o­giste de Sevran (qui a par ailleurs par­ticipé à l’émis­sion en accor­dant un entre­tien à Bernard de la Vil­lardière), est revenu sur cet épisode pour le site de RMC. Après avoir expliqué qu’il ne voulait pas par­ticiper à cette émis­sion parce que « Bernard de la Vil­lardière, c’est racoleur », il con­fie qu’il l’a fait à cause de ce « con­texte par­ti­c­uli­er » lié à l’a­gres­sion en question.

« C’est un jeu de con en fait, à tous les coups tu perds ! Si tu n’in­ter­viens pas, t’as une polémique et tu ne t’en sors pas », a‑t-il expliqué. Con­cer­nant son inter­view, dont le tour­nage a duré 1h30, il racon­te : « On a joué au chat et à la souris : il voulait enten­dre des trucs et moi je ne lui répondais pas ce qu’il voulait enten­dre (…) Je regrette d’y avoir par­ticipé mais en même temps je me sen­tais contraint. »

Plus loin, le maire de Sevran estime avoir été « util­isé » car « Bernard de la Vil­lardière manip­ule tout le monde ». Revenant sur l’a­gres­sion, il lâche : « Toutes les télés sont venues dans ce quarti­er et aucune n’a eu de souci, mais lui est venu après, et comme c’est lui qui est venu, il y a eu une crispa­tion par rap­port à ça. » Et ce dernier de con­clure en dénonçant la « stig­ma­ti­sa­tion de Sevran ».

Finale­ment, que l’on appré­cie ou non les méth­odes du présen­ta­teur de M6, le tort prin­ci­pal de Bernard de la Vil­lardière aura sim­ple­ment été… de se faire agress­er dans une ville où, quoi qu’on en dise, l’in­sécu­rité est omniprésente et a été en quelque sorte prouvée.

Voir aussi

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Arthur Dreyfuss

PORTRAIT — Le ben­jamin de l’état-major de Patrick Drahi n’en finit pas de mon­ter dans la hiérar­chie d’Altice.

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).