Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand l’image manipule : construction de l’extrême droite en embuscade

26 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Quand l’image manipule : construction de l’extrême droite en embuscade

Quand l’image manipule : construction de l’extrême droite en embuscade

L’Observatoire du journalisme vous informe régulièrement des partis pris idéologiques qui transparaissent à longueur d’articles et d’émissions dans les médias de grand chemin. Un autre type de manipulation peut être exercé. Il n’a pas besoin de mots pour diffuser son message : la manipulation par l’image. Ces dernières semaines, Le Courrier international, le Frankfurter Allgemeine Woche et la série Alex Hugo se disputent âprement la palme de la manipulation par l’image. Prêts pour le vote ?

Alex Hugo : un homme armé en vaut deux

Le 11 sep­tem­bre, la série Alex Hugo est dif­fusée sur France 2. L’épisode du jour veut coller à l’actualité : on par­le migrants, tra­ver­sée clan­des­tine des Alpes et bébé en dan­ger pour la séquence lacry­male. L’épisode met en scène des mil­i­tants en tout point sem­blables à ceux qui ont organ­isé l’action « Defend europe » au col de l’échelle dans les Alpes. Si les mil­i­tants iden­ti­taires ont mené une action non vio­lente et spec­tac­u­laire, à l’image de celles organ­isées par l’O.N.G. Green­peace, qui n’hésite pas à s’introduire dans une cen­trale nucléaire, nos comé­di­ens de choc sont moins paci­fiques.

« Ils ont des fusils de chas­se et des drones », apprend-on à la 51e minute. Alors qu’Alex Hugo prend la défense d’une migrante qui fuit cer­taine­ment la dic­tature ital­i­enne, on décou­vre au détour d’une scène (52emn12) un mil­i­tant favor­able au respect des fron­tières inter­prété par un comé­di­en qui porte en ban­doulière rien de moins …qu’un fusil !

La com­mu­ni­ca­tion non ver­bale par l’image a une effi­cac­ité red­outable, les pub­lic­i­taires en abusent. Plus que de longs dis­cours, on retien­dra que les sim­ilis mil­i­tants iden­ti­taires sont des fac­tieux armés. Pour quoi faire ? Le doute nous étreint. Cette image choc restera gravée dans l’inconscient et les mémoires. Voir notre arti­cle com­plet sur cette série.

L’AfD : le fusil en embuscade

Deux jours plus tard, c’est Cour­ri­er inter­na­tion­al qui reprend une cou­ver­ture du jour­nal alle­mand le Frank­furter All­ge­meine Woche. Le jour­nal d’articles de la presse inter­na­tionale, de préférence de gauche, entend cou­vrir les très bons résul­tats du par­ti Alter­na­tiv für Deutsch­land (AfD) aux dernières élec­tions régionales début sep­tem­bre.

On peut ne pas partager les ori­en­ta­tions poli­tiques de ce par­ti, mais con­venir qu’il adhère pleine­ment au sys­tème démoc­ra­tique en se présen­tant aux dif­férentes élec­tions organ­isées en Alle­magne.

L’Allemagne qui selon Cour­ri­er inter­na­tion­al « se rad­i­calise », ce n’est pas celle d’Angela Merkel dont le gou­verne­ment a rad­i­cale­ment et sans aucun con­trôle ouvert les fron­tières à une immi­gra­tion de masse à par­tir de 2015. Non ceux qui se rad­i­calisent, ce sont ceux qui prô­nent le respect des fron­tières et ne souhait­ent pas devenir étrangers dans leur pro­pre pays. Non con­tents d’avoir ces opin­ions, la bête immonde sem­ble bouger encore : pour illus­tr­er les bons scores de l’AfD, un dessin représente une famille avec au milieu le père et mari arbo­rant… un fusil.

Que retenir de ce pas­sage d’une série et de cette car­i­ca­ture d’un électeur de l’AfD ?

Comme en poli­tique avec le front répub­li­cain visant à établir un cor­don san­i­taire entre le Rassem­ble­ment nation­al et les autres par­tis poli­tiques, ces représen­ta­tions nous dessi­nent en creux les enne­mis de la civil­i­sa­tion et de l’humanité. La preuve : ils sont armés, prêts à utilis­er leurs fusils pour défendre leur cause. Sans bruit ni grands dis­cours, l’image restera dans les mémoires. Peu importe sa fidél­ité à la réal­ité. Il importe avant tout de faire pass­er un mes­sage et de désign­er les bons et surtout les mau­vais, par sur­croit dan­gereux…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).